Un quart du ciment utilisé en Belgique vient de l'étranger

Les cimentiers emploient près de 1200 personnes en Belgique, principalement en Wallonie.
Les cimentiers emploient près de 1200 personnes en Belgique, principalement en Wallonie. - © Flickr – (Anne D)

C'est ce qu'on retient des chiffres 2012 de la Fédération des cimentiers belges. Un constat alarmant, donc. On produit beaucoup de ciment en Belgique... les sociétés Holcim, CBR et CCB occupent près de 1200 temps plein, principalement en Wallonie (à Liège, Mons et dans le Tournaisis). Mais le secteur s’inquiète avant tout d’une surproduction au niveau européen. Ce qui fait que des producteurs tentent à tout prix d’écouler leurs stocks là où il y a de la demande.

La bonne nouvelle, d’après les chiffres présentés mercredi, c'est qu'en 2011 et 2012, le secteur a bien supporté la crise en Belgique. Cela s'explique d'abord par les élections communales (beaucoup de communes ont rénové et construit) et puis, les hivers ont été cléments. Tout bon pour le bâtiment.

Par contre, en 2013, sans  élections et avec un temps pourri, les cimentiers s'attendent à un recul de 8% de la consommation de ciment.

Mais la vraie mauvaise nouvelle, c'est que ce ciment vient de plus en plus souvent de l'étranger, souvent sous forme de klinkers, broyé dans les ports de Gand et d'Anvers. "Avant tout, il y a une surproduction de ciment au niveau européen, explique André Jasienski (directeur de Febelcem). La récession dans les pays du Sud est énorme. La consommation de ciment en Europe, elle, est de – 18,8%. Dès le moment où il y a une surconsommation, les producteurs cherchent à écouler leurs produits là où il existe encore un marché potentiel (…) C’est sûr qu’ils jouent sur les prix car ce sont des stocks dont ils essaient de se débarrasser."

Isabelle Palmitessa

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK