Un projet immobilier risque de modifier le visage de Profondeville

Ce riverain risque de ne plus avoir une aussi belle vue
Ce riverain risque de ne plus avoir une aussi belle vue - © RTBF - Serge Otthiers

"Le champ de Fraises", dernier endroit proche du centre, où l'on cultive et vend des fraises est menacé. Le terrain vient d'être vendu et un promoteur envisage d'y construire des logements, ce qui inquiète certains riverains.

Trois hectares de terres naturelles et agricoles risquent bientôt de voir pousser des immeubles. Un projet de 89 logements est en tout cas lancé. Une étude d'incidence environnementale est en cours. Ses résultats sont attendus à la fin du mois de juin.

Ce qui inquiète certains riverains, c'est l'ampleur du projet :

"Ce seront des bâtiments sur 16 mètres de haut sur des énormes longueurs, voire 75 mètres de long sans aucuns encadrements pour les enfants qui vont arriver, pour les gens plus âgés. Il n’y a pas d’espaces verts pour se rencontrer, il n’y a pas de trottoirs pour les poussettes".

Il s'agit uniquement pour le promoteur de faire du profit, selon les riverains. Ils demandent donc un soutien de la part de la commune. Une commune qui dit comprendre ces inquiétudes et vouloir mettre des balises : il n'y aura pas de commerces dans ce nouveau quartier. Le hic, c'est que c'est bien la Région wallonne qui décidera puisqu'il faut une modification du plan d'affectation du sol.

La commune de Profondeville est pourtant confiante. L’échevin de l’Urbanisme, Didier Cadelli estime qu'elle a tout de même des armes : "La commune sera consultée et son avis fera partie des documents qui seront analysés par la Région pour octroyer ou non le permis".

Et l’échevin de l’Urbanisme d’ajouter : "Le conseil communal devra se prononcer sur l’ouverture des voiries. Sans ouverture, il n’y a pas de projet d’urbanisation".

 

Serge Otthiers

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK