Un projet de nouvelle classification des terrils wallons à l'étude

Un projet de nouvelle classification des terrils wallons à l'étude
2 images
Un projet de nouvelle classification des terrils wallons à l'étude - © Tous droits réservés

Les terrils wallons pourraient bien être considérés prochainement à part entière comme des zones touristiques ou culturelles plutôt que comme des terrains industriels. Plusieurs terrils sont déjà traversés par des sentiers ou des randonnées ou acceuillent des activités pédagogiques mais officiellement les 330 terrils actuellement répertoriées sont toujours considérés comme des zones strictement économiques. Ce qui ne veut pas dire qu'ils sont tous exploitables, certains sont protégés par certaine conditions, mais pour les amoureux de la nature et du patrimoine industriel il est grand temps de leur donner le statut qu'il mérite : celui de zones à caractère social ou touristiques.

Un nouveau code des sous-sols est justement en préparation au niveau de la Région Wallonne et celui-ci prévoit bien une nouvelle claissification des terrils, avec de nouvelles catégories qui prennent en compte leur intérêt patrimonial, social ou touristiques. "Cela changerait tout" insiste Martine Piret, la cheffe de projet pour les terrils et RAVeL à la Ville de Charleroi. "Car pour le moment la seule classification qui existe c'est la classification économique, celle qui date des années 80 et qui détermine juste si les terrils sont exploitables ou pas. Mais si on va vers une nouvelle classification maintenant c'est par rapport à tout ce qu'ils représentent comme patrimoine naturel, comme richesse, comme poumon vert au sein d'une ville comme Charleroi par exemple" explique-t-elle.

 

 

Attrait touristique et utilité environnementale

Concrètement, un cadastre doit être établi en considérant chaque terril en fonction de ses intérêts particuliers ou dans l'ensemble qu'il forme avec d'autres terrils de sa région. Et pour Bernard Blareau, agent forestier à la DNF (Département Nature et Forêts), l'intérêt environnemental de ces terrains n'est pas à négliger non plus : "l'intérêt d'avoir beaucoup de terrils qui sont autant de zones vertes c'est d'avoir un maillage écologique qui permette à la faune de rester en milieu urbain en passant d'un site à l'autre. Ce sont donc des zones à préserver". "Et ces zones sont d'ailleurs très appréciées des touristes pour les mêmes raisons, les randonneurs apprécient beaucoup de pouvoir profiter de ces grands espaces verts au sein même du milieu urbain" précise-t-il.

Une nouvelle classification devrait à terme permettre une gestion différente de ces espaces et donc à la fois un meilleur acceuil des touristes et une meilleure proctection environnementale. Ce type de classement est d'ailleurs déjà utilisé dans le Nord de la France et était déjà une osurce d'inspiration pour la mise en valeur des terrils dans le Hainaut notamment. Si le projet aboutit, ce serait en tout cas une reconnaissance officielle de la seconde vie que plusieurs terrils ont déjà trouvé dans leur région.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK