Un projet d'agrandissement de l'ambassade de Chine à Woluwé-Saint-Pierre inquiète les riverains

Un projet d’agrandissement de l’ambassade de Chine à Woluwé-Saint-Pierre inquiète les riverains
2 images
Un projet d’agrandissement de l’ambassade de Chine à Woluwé-Saint-Pierre inquiète les riverains - © Tous droits réservés

L’ambassade de Chine, située avenue de Tervueren, a racheté une maison unifamiliale juste derrière ses bâtiments. Elle veut raser cette maison et y construire un immeuble pour loger son personnel : 21 appartements au total pour 70 résidents.

L’ampleur du projet, dans ce quartier vert et huppé, inquiète les riverains. "Cet immeuble va être profond de 66 mètres, c’est la quasi-totalité de la profondeur de la parcelle. Il sera également d’une hauteur de plus de 15 mètres. C’est-à-dire deux fois plus haut que la moyenne de toutes les maisons environnantes", déplore Violaine Haesen qui habite juste en face.

La Région ne s’oppose pas au projet

Au total, 28 arbres seront abattus. Un parking sera construit en sous-sol. La Région bruxelloise ne s’oppose pas au projet, au grand étonnement des habitants qui ont lancé une pétition. Elle a recueilli près de 2000 signatures. "Que ce soit l’ambassade de Chine qui demande le permis, cela pose certainement question", rétorque Violaine Haesen.

Le bourgmestre de Woluwé-Saint-Pierre, Benoît Cerexhe, en est convaincu. Il fait cette comparaison : "si un promoteur privé ou un particulier privé avait introduit une demande de permis d’urbanisme identique à celui-là, je pense que l’attitude aurait été unanimement défavorable". La commune s’est en effet opposée au projet lors de la commission de concertation. Mais, c’est la Région qui aura le dernier mot.

Pour le moment, elle a dit oui, à condition de revoir les surfaces et les gabarits de l’immeuble, sans plus de détails. Le gouvernement bruxellois, et son secrétaire d’État à l’urbanisme Pascal Smet, devraient se prononcer définitivement d’ici à la fin de l’année.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK