Un professeur du Lycée Emile Jacqmain a-t-il tenu des propos antisémites?

Un professeur du Lycée Emile Jacqmain  a-t ’il tenu des propos antisémites?
Un professeur du Lycée Emile Jacqmain a-t ’il tenu des propos antisémites? - © google maps

Une enquête interne est ouverte pour savoir si un professeur de mathématiques a tenu des propos antisémites en plein cours. Une élève de confession juive affirme avoir été directement visée. Elle a déposé plainte à la police. Le dossier va être envoyé au Parquet. De son côté, la direction de l'établissement se veut très prudente, car certains élèves tempèrent les dires rapportés. Quant à l'enseignant, il nie tout propos antisémite.

Les faits remontent au jeudi 22 janvier dernier. Eric Deguide, préfet du Lycée Emile Jacqmain résume les témoignages qu'on lui a rapportés : "Le professeur, après avoir fait plusieurs remarques à certains élèves dissipés, a dit à une élève polonaise: ‘si c’est pour travailler ainsi, tu peux prendre le train et rentrer chez toi’ ". Plus tard, face à la classe toujours agitée, le professeur, énervé, s'exclame en substance : "Je vous mets tous dans le même wagon et vous pouvez l’accompagner". Cette phrase, une autre élève, de confession juive (et que nous appellerons Sarah), affirme qu'il l'a prononcée en la regardant droit dans les yeux. D'autres élèves de la classe estiment que c'était une remarque générale, qui ne s'adressait à personne en particulier.

Quoi qu'il en soit, Sarah réagit alors, choquée, en répondant au professeur qu'"on ne rit pas de ces choses-là". Après le week-end, le lundi 26 janvier, le professeur s'excuse devant sa classe; mais ses excuses n'ont visiblement pas convaincu tout le monde, en particulier pas Sarah. Pour la famille de la jeune fille, il s'agit clairement de propos à caractère antisémite, ce qui les amène à en faire un signalement auprès de la Ligue Belge contre l'Antisémitisme avant de porter plainte.

Indépendamment de la plainte déposée par cette élève et ses parents, Faouzia Hariche, échevine bruxelloise de l'instruction publique, a décidé d'ouvrir une enquête interne. Elle précise que "l’inspecteur de l’enseignement secondaire a immédiatement décidé de convoquer l’agent pour avoir de plus amples informations. En fonction de ces informations, il décidera de la procédure qui sera entamée".

De son côté, le préfet du Lycée Emile Jacqmain reste très prudent. "Il faut attendre les résultats de l'enquête. Il est important d'entendre la version des uns et des autres. A ce stade, je ne peux pas dire que le professeur a tenu des propos antisémites. Il s'est excusé pour s'être un peu énervé face à une classe pour le moins dissipée. Toutefois, il est évident que si les conclusions de l'enquête devaient confirmer les accusations de l'élève, l'autorité de tutelle prendrait certainement une sanction sévère. En attendant, mon rôle est de veiller à maintenir le calme dans l'école".

Un professeur indigné

Interrogé par nos collègues du JT, le professeur parle de diffamation et de calomnie à son égard. "Cette élève a une lecture très particulière des événements qui se sont passés ce jour-là", explique l'homme. "Je n'ai même pas pu avoir de contact avec la famille. Et le jour où j'ai présenté mes excuses à la classe, cette élève s'est levée et est sortie. Aujourd'hui, on me taxe d'antisémite, c'est inacceptable".

En fonction des résultats de l'enquête interne, l'enseignant risque une sanction pouvant aller jusqu'à l'exclusion de l'école. Selon nos informations, l'homme avait déjà eu des problèmes (d'un autre ordre) avec des élèves dans d'autres établissements. A l'époque, un vice de procédure avait bloqué les démarches entamées à son encontre.

Enfin, notons que la Ligue Belge contre l'Antisémitisme s'inquiète d'une certaine banalisation des propos et des actes antisémites en milieu scolaire. Selon son Président, Joël Rubinfeld, les cas dénoncés sont de plus en plus nombreux. "Et ils sont d'autant plus intolérables lorsqu'ils émanent d'adultes et d'enseignants".

Jean-Claude Hennuy

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK