Les populations de chauves-souris augmentent à nouveau, mais pas encore suffisamment

C’est la nuit de la chauve-souris ce samedi soir. À Sivry-Rance mais aussi aux étangs de Virelles, vous pourrez aller à la découverte de ces reines de la nuit. Des animaux qui dépendent de leur environnement et donc aussi de notre manière d’aménager nos jardins. Olivier Kints est biologiste pour Natagora et pour l’Aquascope de Virelles. Pour lui, "La chauve-souris connaît un léger mieux. C’est une bonne nouvelle face aux flots de mauvaises nouvelles concernant la biodiversité. On retrouve un peu plus de chauve-souris dans nos contrées mais pas de quoi rattraper l’hécatombe de ces dernières années."

Alors pour ceux qui voudraient découvrir ces mystérieux volatiles, l’Aquascope et l’espace nature de la botte du Hainaut à Sivry proposent une après-midi découverte et conseils pour favoriser l’arrivée des chauves-souris dans vos jardins. Et puis en soirée, une balade nocturne "avec des capteurs qui permettent de traduire les ultrasons en quelque chose d’audible par l’oreille humaine. Ça nous permet de repérer les chauves-souris et de reconnaître leur espèce."

Et les conseils justement restent toujours les mêmes quand on parle de biodiversité. "Il faut laisser le plus de zones sauvages possible. De hautes herbes qui attirent les insectes et qui constituent la nourriture des chauves-souris. Un gazon impeccable et des produits insecticides c’est le désert pour ces animaux." Vous pouvez aussi essayer de leur construire de petits habitats mais "les chauves-souris restent maîtresses de leurs décisions. Parfois vous installez un nid et elles préféreront s’installer derrière votre volet. De petits espaces dans des toitures, ou de vieux arbres qu’on laisse mourir offrent des logements idéaux."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK