Un péage aux entrées du Tunnel Léopold 2, un non-sens?

Un péage aux entrées du Tunnel Léopold 2 ? Un non-sens pour Stratec
Un péage aux entrées du Tunnel Léopold 2 ? Un non-sens pour Stratec - © Tous droits réservés

Comment financer la rénovation des tunnels bruxellois? Le ministre régional de la Mobilité Pascal Smet a évoqué la possibilité d'instaurer un péage à l'entrée à la sortie du tunnel Léopold 2. Alors est-ce praticable? Rentable? Cela a-t-il du sens en termes de mobilité?

Le tunnel Léopold 2 se trouve en plein cœur de la ville. Il est dès lors imbriqué dans un maillage routier très dense. "Ce n’est pas du tout la même chose qu’un ouvrage comme le tunnel du Mont-Blanc ou le viaduc de Millau où on n’est pas dans des situations de congestion" explique Hugues Duchateau, le patron de Stratec, un bureau d'études en mobilité. "Dans ces deux cas, l’ouvrage permet de faire gagner du temps à la fraction des usagers qui va l’utiliser. Et ceux-là, ils ont une disposition à payer qui équivaut au temps qu’ils vont gagner".

Autrement dit si le tunnel est embouteillé et que le bénéfice temps est très mince, qui voudra encore payer pour l'emprunter? Et le trafic risque de se reporter ailleurs en surface. En termes de mobilité et économiquement, ce type de péage serait donc voué à l'échec. "En tous cas, c’est ce que démontre les expériences qu’on a faites de ce type de péage limité à l’ouvrage en ville. Que ce soit à Lyon, à Madrid… Enfin partout où on a essayé, on s’est rendu compte que c’était une erreur".

Seule solution pour Stratec: faire financer les travaux de rénovation par un péage de zone qui correspond à l'ensemble de la région. " Tous ceux qui se déplacent dans cette zone paient quelque chose parce que ce sont tous les usagers de la zone qui vont bénéficier de cette augmentation de capacité ".

Ce péage pourrait rapporter au minimum 300 millions d'euros par an en faisant payer 3 euros par voiture et par jour. C'est qui ressort de l'étude de Stratec commandée par la région. Une étude qu'elle a entre les mains depuis 2013.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK