Un obélisque célébrant les 70 ans de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme inauguré à Tour & Taxis

Un obélisque célébrant les 70 ans de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme inauguré à Tour & Taxis
3 images
Un obélisque célébrant les 70 ans de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme inauguré à Tour & Taxis - © RTBF

Un obélisque de douze mètres de haut, constitué d'un empilement de trente pierres de couleurs différentes, a été inauguré ce lundi sur une butte du Parc de Tour & Taxis. Le monument a été érigé pour célébrer les 70 ans de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme.

Le 10 décembre 1948, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l'assemblée générale des Nations Unies adoptait en effet la Déclaration universelle des Droits de l'Homme afin de garantir la fin des atrocités liées à la guerre.

L'œuvre présentée ce lundi reprend tous les articles de la Déclaration, en quatre langues (français, néerlandais, allemand et anglais). Elle a été conçue par l'architecte paysagiste Bas Smets, déjà auteur du mémorial de la Forêt de Soignies en souvenir des attentats du 22 mars 2016.

"La volonté était de créer un objet archétypal capable de représenter les droits fondamentaux communs à tous. La recherche d'une forme reconnaissable, universelle et intemporelle a mené à l'obélisque. Par sa double signification, il s'impose comme un choix évident : d'une part, l'obélisque représente un rayon de soleil figé ; d'autre part, il symbolise la permanence."

Quant aux couleurs des pierres naturelles, "elles vont capter, refléter et figer le soleil à travers les différents articles de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme. L'obélisque matérialise ainsi la protection d'une idée éclairée", a commenté Bas Smets.

Le projet d'un monument a été porté par la ministre bruxelloise de l'Environnement, Céline Frémault (cdH). "En tant qu'humaniste engagée depuis de très nombreuses années sur le terrain politique mais aussi dans le secteur associatif, la Déclaration universelle des Droits de l'Homme est, pour moi, un texte d'une importance capitale, qui méritait d'être matérialisé dans l'espace public."

Plusieurs personnalités étaient présentes lors de l'inauguration, dont Françoise Tulkens (une ancienne juge à la Cour européenne des Droits de l'Homme) qui a prononcé un discours ; ou encore des représentants du monde associatif et de la société civile (entre autres : l'asbl InforAutisme, Vie Féminine, la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, l'asbl Les Petits Riens, des comédiens ou auteur(e)s…) qui ont, à leur tour, proposé des lectures d'articles.

"Ce texte doit continuer à vivre. Et ce monument peut permettre à des écoles, des mouvements de jeunesse ou d'autres associations de travailler autour de ces questions cruciales. Notre cohésion sociale passe aussi par l'appropriation de ces articles", a conclu pour sa part la ministre Frémault.

Les explications de l'architecte Bas Smets

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK