Un nouveau pont enjambe la darse du canal à Hautrage

Un pont qui s'envole au bout d'une grue
Un pont qui s'envole au bout d'une grue - © RTBF

L’opération était spectaculaire ce mardi après-midi : un pont, d’un seul tenant, suspendu au bout d’une grue, comme une immense balançoire placée avec délicatesse au-dessus du "Goulet de la Darse". Ce petit morceau de la N50 dont l’absence depuis deux ans impose de grands détours aux automobilistes et aux routiers. Le chantier est dans les temps mais cette étape du placement de la structure métallique du pont est un symbole visuel encourageant pour les riverains. Ils étaient quelques-uns à observer, filmer et photographier l’opération depuis la rive du canal. "Les habitants de Tertre sont impatients de voir la fin des travaux – nous dit un voisin – leur village est traversé depuis deux ans par des milliers de véhicules chaque jour et le passage des camions est particulièrement pénible".

Les curieux sont aussi là pour la prouesse technique réalisée par les équipes des sociétés Wanty et Dufour : un pont qui s’envole au bout d’une grue, on ne voit pas ça tous les jours. Héloïse Winandy, porte-parole de la Sofico (Société wallonne de financement des infrastructures, en charge des travaux routiers en Wallonie) nous le confirme : "c’est une manœuvre exceptionnelle puisque nous avons posé la charpente métallique du futur pont, une structure d’environ 300 tonnes, de 50 mètres sur 18. C’est un vrai numéro d’équilibriste qui a été réalisé en une petite heure. La structure avait été construite à proximité de sa future localisation. La grue l’a soulevée et lui a fait faire une rotation de 180° pour la placer, au mm près, sur quatre appuis installés sur le chantier".

Pour ce qui est d’emprunter ce pont, il faudra encore de la patience. Il faut encore réaliser le tablier du pont, les différents revêtements et deux tronçons de la N50 de part et d’autre de l’ouvrage. La fin des travaux est annoncée pour la fin de l’année 2021. 10.000 véhicules empruntent cet axe routier chaque jour.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK