Un mur anti-crue autour de la centrale de Tihange dans un an et demi

Après la catastrophe de Fukushima, toutes les centrales nucléaires européennes ont été l'objet de "stress tests", des tests de résistance. Les électriciens étaient invités à prendre en considération même l'inimaginable.

A Tihange, le risque d'inondation a notamment été étudié. "Ce mur est justifié par une crue qui pourrait se passer tous les 10 000 ans, du moins ça a été calculé comme cela par l'université de Liège" explique Serge Dauby, porte-parole de la centrale nucléaire de Tihange. "Et il nous appartenait de nous mettre à l'abri de ce genre de phénomène. On va donc réaliser un mur tout autour de l'enceinte du site d'une hauteur de 2m30. Par la suite, on va également ériger une digue de manière à pouvoir dévier tout corps, que ce soit des carcasses de bateaux ou autre, afin que ça ne rentre pas de façon perpendiculaire sur l'enceinte du site".

"Un mur sécurisé, qui se fond dans le paysage"

"Le but pour nous n'est évidemment pas de mettre quelque chose d'horrible" souligne Serge Dauby. "On voulait d'abord quelque chose de sûr, de sécurisé, mais aussi quelque chose qui se fonde dans le paysage. On a mis tout ce qui était possible de notre côté pour le faire et on a obtenu le permis d'urbanisme récemment. C'est donc que tout se passait bien de ce côté là".

Electrabel estime que la construction du mur anti-crue prendra environ un an et demi.

 

M. Giot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK