Un médecin psychiatre met l'État belge en demeure

La mise en demeure de l’État adressée à l’État a porté ses fruits. Le médecin psychiatre a reçu rapidement un montant correspondant à trois mois de prestation, ce qui ramène le délai de paiement à la situation habituelle. Pour le médecin, ce paiement était impatiemment attendu. "J’ai dû faire un emprunt en personne privée pour pouvoir continuer à vivre, déclare Jean-François Linsmeau (psychiatre indépendant). C’était un signal d’alerte que j’ai voulu tirer, pour moi et pour mes collègues. Tout d’abord pour le symbole mais aussi pour dénoncer une réalité concrète : après cinq mois, il n’est plus possible de continuer de travailler sans être payé."

La mise en demeure aura permis aussi d'apprendre que l'administration de la Justice a connu quelques déboires informatiques lors de l’intégration au sein d'un nouveau système, qui dépend désormais de l'administration du budget.

Mais que les indépendants se rassurent, on nous assure que le problème est désormais réglé. "Tout le monde qui a presté un service pour le SPF Justice, commente Koen Peumans (porte-parole à l'administration de la Justice), et dont les factures ont été acceptées, sera payé dans un délai raisonnable, comme d’habitude." Soit dans les 50 jours.

Si Jean-Benoit Linsmeau apprécie le travail qu'il fait dans le cadre des prisons, il a malgré tout préféré assurer ses arrières. Ce matin, il est parti rencontré un employeur potentiel côté français, un pays où l'on recherche de nombreux médecins qui répondent à son profil.

Patrick Michalle

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK