Un loup tue quatre brebis à Burg-Reuland, en province de Liège

Un loup tue quatre brebis à Burg-Reuland, en province de Liège
Un loup tue quatre brebis à Burg-Reuland, en province de Liège - © Matt Cardy - Getty Images

Quatre brebis ont été tuées par un prédateur entre le 11 et 14 juillet à Stoubach, sur le territoire de la commune de Burg-Reuland, en province de Liège. Les analyses génétiques réalisées ont révélé que le prédateur est un loup de lignée germano-polonaise, a indiqué vendredi le réseau loup du Service public de Wallonie.

Quatre ovins sont morts et une cinquième brebis a disparu. Le département de la Nature et des Forêts (DNF) va prendre contact avec l’éleveur pour lui expliquer les modalités d’indemnisation, comme le prévoit le plan loup établi par la Wallonie et présenté le 19 juin dernier par la ministre de l’Environnement et de la Nature Céline Tellier.

"Les services compétents en Allemagne et au Luxembourg ont été prévenus de cette attaque perpétrée en Communauté germanophone", indique le réseau loup dans un communiqué.

Lien avec l’attaque sur le territoire de la commune de Bütgenbach ?

Une autre attaque avait été signalée le 10 juillet à Nidrum, sur le territoire de la commune de Bütgenbach. Aucun lien n’est encore établi actuellement car pour ces faits, des analyses génétiques sont toujours en cours. "Le Land allemand de Rhénanie-Palatinat signale plusieurs attaques sur des moutons et des bovins depuis le 16 juillet, à quelques kilomètres de Stoubach. La collaboration entre régions permettra d’établir le lien éventuel entre ces attaques sur base de l’analyse ADN", conclut le réseau loup.

Le plan, présenté il y a un mois, s’articule autour de quatre axes : le suivi scientifique de la présence et de l’installation de loups en Wallonie, la protection de l’espèce et, ce, notamment en période de reproduction, la protection et l’indemnisation des éleveurs et, enfin, la sensibilisation des différents publics.

Les analyses génétiques effectuées en vue d’identifier le prédateur s’inscrivent dans le cadre du suivi scientifique de la présence et de l’installation du loup en Wallonie. Le loup pouvant parcourir plusieurs centaines de kilomètres, la collaboration avec les pays frontaliers est indispensable.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK