Le premier loup wallon vient d'être repéré dans les Fagnes

On attendait son retour. Le premier loup wallon vient d'être repéré dans les Fagnes. De nombreux indices l'annonçaient. Il avait déjà été aperçu au Grand-Duché de Luxembourg et en Flandre début janvier.

Un cliché photographique pris en juin dernier a révélé sa présence dans les Fagnes. L'information a été confirmée par le réseau Loup, un réseau d'experts mis en place par le gouvernement wallon il y a un an.

"C'est une grande nouvelle pour la Wallonie", se réjouit le coordinateur de ce réseau, Alain Licoppe, ingénieur en eaux et forêts au service public de Wallonie, "puisque le loup avait officiellement disparu depuis la fin du 19ème siècle. Donc, cela fait quand même plus de 100 ans que l'animal, le grand prédateur en question, n'est plus présent chez nous".

"C'est une photo qui finalement aura permis de démontrer la présence du loup en Wallonie. On a tous décidé d’envoyer l'image à nos collègues français à l'Office national de la Chasse et de la Faune sauvage où ils ont une plus grande expérience en la matière, et leur réponse a été assez rapide et assez instantanée". 

"La photo date du 28 juin de cette année dans les Hautes Fagnes. L'endroit n'est pour l'instant pas révélé parce qu'il n'apporterait pas grand chose. Ce sont des animaux qui circulent sur de grandes distances, donc ce sont des animaux qui errent seuls à la recherche d'un territoire", précise Alain Licoppe.

L'idée est d'éviter que des badauds ne se précipitent sur les lieux "pour traquer l'animal ou détruire notre dispositif de recherche", précise pour sa part le porte-parole du ministre wallon de la Nature, René Collin.

"Pas de danger pour la sécurité des personnes"

"Le loup est une espèce protégée au niveau européen (...) et ne présente pas de danger pour la sécurité des personnes", rappelle René Collin.

"Les promeneurs ne doivent certainement pas avoir peur", ajoute Alain Licoppe qui nous explique pourquoi :

Un autre animal, une louve dotée d'une puce et traquée par un chercheur allemand, avait été aperçu en mars dernier à Hechtel-Eksel, dans la province du Limbourg. "Cet individu (celui détecté dans les Fagnes, NDLR) n'est pas balisé. Par ailleurs, grâce aux accords pris avec l'Allemagne, nous serions informés de la présence d'individus pucés sur le territoire wallon", a assuré le cabinet du ministre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK