Un long week-end sous le soleil, tout bon pour les brocanteurs

Patricia, la passionnée
4 images
Patricia, la passionnée - © Charlotte Legrand

A Goegnies-Chaussée, la brocante franco-belge bat son plein. Elle attire chaque année un monde fou. Parmi les exposants, nous avons rencontré Patricia. "Chineuse" dans l'âme, passionnée de brocantes, elle vend "tout nickel, comme si c'était pour elle". Et quand elle achète, parfois "elle exagère". Ca fait des anecdotes...Interview confessions sur le petit monde des brocantes.

 

Sa passion pour la brocante ne date pas d'hier. "J'ai 4 enfants, les rhabiller ça coûte cher, donc j'ai toujours chiné sur les brocantes, d'autant que j'avais pas beaucoup d'argent, puis j'ai continué, je me suis mise à faire des brocantes". Ce qu'elle apprécie? "L'ambiance. Parler avec les gens, ses voisins, les autres exposants, la famille qui vient aussi, ça fait du bien". Ca fait du bien, mais c'est du boulot aussi. "Préparer, mettre sous plastique, parce que j'aime que tout soit nickel, propre et tout, comme si c'était pour moi! il faut tout mettre dans des caisses, étiqueter, charger la voiture, décharger...Je suis en route depuis 5h du matin! Ca a été un peu dur dur".

Elle a entraîné une de ses copines, Rosina. "Il n'est que 9h30, j'ai l'impression qu'on est déjà fin de journée!" nous dit-elle en riant. "D'ailleurs je dis aux gens 'bon après-midi'!"

Si Patricia achète beaucoup? "Quand je vois que ce sont vraiment des affaires, oui...Les vêtements, j'aime encore bien. Moins les bibelots! Je me suis calmée, c'était plutôt avant, les bibelots". Parfois, c'est le cœur qui parle. La tentation est irrésistible. Son compagnon, fan de moto, en fait parfois les frais. "L'autre jour, j'avais été sage, je n'avais pris que des rideaux. Ca allait pour rentrer en moto. Mais quand on est allé une fois en vacances au Luxembourg, je suis tombée sur une promo, des couteaux Laguiole. C'était assez lourd. Mais j'avais tout pris! Mon homme il avait un peu de mal à guider sa moto après, mais...bon. On y est arrivé. J'avais fait fort cette fois là. En plus, on avait tous les bagages pour revenir...j'avais oublié qu'on n'était pas en voiture. Ca c'est moi, hein!"

Est-ce une activité lucrative? "Pas vraiment, surtout qu'à l'heure actuelle on ne peut plus vendre cher. disons que ça rapporte l'équivalent d'un petit caddie de courses,c'est toujours appréciable!" Le marchandage "systématique" a tendance à l'énerver un peu. "Certains exagèrent, c'est vrai. Directement ils demandent la moitié du prix. Parfois, ce sont des articles de qualité, on a déjà fait un effort sur le prix!". Et puis il y a ceux qui se posent encore moins de question, et se "servent" dans l'étalage. "Ah, on a déjà eu le cas, ce matin. Les personnes ont nié, elles ont fait un petit scandale...Mon amie a 'des yeux partout' heureusement! Elle les voit faire, quand quelqu'un met un objet dans sa poche, elle demande si il compte payer. Ca arrive souvent. Surtout l'après-midi, quand il y a beaucoup de monde!"

Ce dimanche, les affaires démarrent plutôt bien. Chez ses "voisins" aussi. "C'est la famille, en fait. Mon frère, ma belle-soeur sont installés juste à côté. Ma nièce est ici avec moi. Les cousins. La maison derrière nous appartient à la famille aussi, c'est pratique. On a toutes les commodités. Et on prend l'apéro, on mange ensemble. C'est ça aussi qui me plait. Un moment de partage entre nous!"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK