Un label pour limiter la consommation d'alcool à la buvette du club

Un label pour des 3e mi-temps moins arrosées à la buvette du club
2 images
Un label pour des 3e mi-temps moins arrosées à la buvette du club - © Tous droits réservés

Les weekends comme en semaine, des milliers d'enfants passent par les clubs de football pour un match ou un entraînement. Et ceux qui les y conduisent, ce sont évidemment des adultes. Or il n’est pas rare que, lors des activités des plus jeunes, leurs aînés se retrouvent à la buvette du club pour discuter autour d’un verre et passer le temps ou pour fêter une belle victoire une fois le match terminé. Des moments festifs ou de convivialité qui se font bien souvent avec des boissons alcoolisées. "C’est un peu un rituel, la plupart du temps on paie sa tournée parce que notre enfant a mis le but de la victoire ou ce genre de choses, et cela renforce aussi la convivialité entre les membres du club" nous confie par exemple Christian, le grand-père d’un jeune joueur du PAC-Buzet, le club de Pont-à-Celles. 

Un rituel qui mène malheureusement parfois à des imprudences, car il faut bien à un moment donné ramener tous les footballeurs en herbe chez eux et donc reprendre le volant. C'est pourquoi l'Association des Clubs Francophones de Football s'est associée à l'Agence Wallonne pour la Sécurité Routière afin de mettre en place un nouveau label : "Backsafe", pour les clubs qui souhaitent conscientiser leurs membres aux risques d'accident. "Nous sommes un club avec plus ou moins trois-cents jeunes, vingt-deux équipes, donc ça fait quand même en général beaucoup de monde en déplacement. Et au moment de ces déplacements, certains parents confient aussi leurs enfants à d'autres parents et donc bien sûr qu'il faut sensibiliser ces gens à faire attention à leur consommation d'alcool" nous explique David Merckx, le président du PAC-Buzet, l’un des vingt-trois premiers clubs à avoir obtenu le label.

Pour l’obtenir, David Merckx a signé avec les autres responsables du club une charte de bonne conduite dans laquelle l’institution s’engage notamment à proposer des boissons non-alcoolisées à des tarifs attractifs, à offrir l’eau gratuitement ou à afficher des messages de prévention. À cet effet il a d’ailleurs reçu du matériel directement de l’agence wallonne pour la sécurité routière : "Les clubs reçoivent des affiches, des goodies et des supports qui aident à la sensibilisation. Il y a aussi des doseurs pour s'assurer que l'on dose correctement l'alcool afin d'éviter de provoquer l'ébriété trop rapidement. Mais on demande aussi de veiller à proposer un retour alternatif si on constate que quelqu'un a trop bu, un covoiturage ou un taxi par exemple" détaille Pierre-Laurent Fassin, le porte-parole de l'Agence Wallonne pour la Sécurité Routière (AWSR).

Reste tout de même une inquiétude pour de nombreux petits clubs : la buvette, essentielle aux rentrées financières, continuera-t-elle de faire le plein ? À Pont-à-Celles, on se montre plutôt optimiste à ce niveau-là : "Je pense que l'ambiance créée dans une buvette, elle ne passe pas que par l'alcool, elle passe aussi par l'atmosphère d'un bar et d'un club. Ici les gens sont plutôt désireux de rester après les matchs aussi et ce n'est pas spécialement pour l'alcool" assure David Merckx.

L’AWSR estime que l’alcool joue un rôle dans environ la moitié des accidents corporels en Wallonie les nuits de weekend, dans seize pour-cents d’entre eux en semaine. Et seuls les adultes peuvent éviter ces accidents à leurs jeunes passagers, footballeurs ou non.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK