Un label pour certifier le made in Italy des produits

La cuisine italienne est certainement l’une des plus appréciées au monde. En Belgique, on ne compte plus le nombre de trattoria ou pizzeria italiennes. Mais comment savoir si l’endroit utilise vraiment des produits italiens ? Du parmesan qui n’en est pas, de la mortadelle fabriquée en Europe de l’est, ou du faux jambon de Parme… la contrefaçon des produits italiens est un problème connu qui coûte des milliards aux producteurs de la péninsule. Alors comment s’assurer que les 90.000 restaurants qui affichent le tricolore aux quatre coins du monde utilisent bel et bien des produits fabriqués en Italie ? Pour contrer ce phénomène, Teresa Bellanova, la ministre italienne de l’agriculture et la Coldiretti, le principal syndicat agricole transalpin ont décidé de délivrer un certificat du made in Italy sur ces produits. Grâce à un certificat qui atteste que dans cette pizzeria ou tel autre restaurant italien, on travaille avec des produits dont l’origine est certifiée.

Le label Ita0039 sera décerné par une agence de certification qui vient de passer un accord avec le ministère de l’agriculture italien. Ce label ne certifiera pas le respect des recettes, mais l’origine des produits utilisés. On estime que la cuisine italienne génère un volume d’affaire de 209 milliards d’euros dans le monde. 7000 certificats devraient être délivrés chaque année après contrôle sur place des produits utilisés… pas une obligation donc mais une sorte de diplôme qui permettra aux amateurs de cuisine italienne de choisir un italiano vero et non pas sa copie.

Combattre l’agromafia

Le marché de l’agromafia a atteint plus de 21 milliards d’euros en 2017, en croissance de 30% sur un an. Un dommage pour l’image du made in Italy, mais surtout pour l’économie du pays, les exportations du secteur agroalimentaire ayant représenté 41 milliards d’euros en 2017.

Asacert, l’AFSCA italienne, prévoit de nouer dans quelques mois un partenariat technologique afin de développer une application qui serait en mesure de dresser la liste des "vrais restaurants italiens dans le monde".

Quid en Belgique ?

En Belgique, la mesure n’est pas encore d’application. L’ambassade d’Italie n’a d’ailleurs pas encore reçu de communication officielle sur le sujet de la part de son gouvernement.

A La Louvière, cette restauratrice italienne estime que le label Ita0039 sera une bonne chose pour la garantie des produits. "Ça ne changerait pas notre façon de travailler", souligne Lucia Bruno, gérante du restaurant "Il Passatore". "Mais ce serait une belle forme de reconnaissance. Je pense qu’il y a encore pas mal de faux produits italiens sur le marché. Grâce à de nouveaux producteurs italiens, les produits sont garantis. Il permette une vraie saveur de goût, l’exclusivité du produit. Donc ce nombre tend à diminuer. Et puis il ne faut pas se cacher, il y a un aspect économique qu’il ne faut pas négliger."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK