Un jeune Congolais venu étudier à l’UCLouvain arrêté dès son arrivée à Zaventem

Junior Masudi Wasso est arrivé en Belgique pour suivre des cours à l'UCLouvain. Mais ces douze derniers jours, il les a passés dans un centre fermé, en attente d'expulsion. Une arrestation "discrétionnaire" dénonce son avocate, qui a provoqué une certaine émotion au sein de la communauté étudiante. Une pétition circule d’ailleurs en ce moment du côté de l’université. Elle a déjà récolté plus de 5000 signatures. Des dizaines de personnes manifestaient en outre ce vendredi à Louvain-La-Neuve.

Quant à la Fédération francophone des étudiants, elle a demandé aux autorités universitaires de s’emparer du dossier ; la ministre de l’Enseignement supérieur ayant elle aussi été interpellée au sujet de cette affaire.

Les faits : Junior a 20 ans, il est congolais et a atterri le 18 septembre dernier à Zaventem avec un visa en bonne et due forme, son passeport ainsi qu’une autorisation de l’UCLouvain pour s’inscrire en faculté d’économie et de gestion. Mais lors d'un contrôle, les policiers ont estimé le motif de son voyage suspect.

"Je ne comprends pas, nous a-t-il répondu par téléphone. Je suis venu ici légalement, j’ai tous mes documents. Pourquoi je me retrouve ici ? C’est une arrestation arbitraire !"

Du côté de l’université, on confirme que l’inscription de l’étudiant congolais est bel et bien en ordre. "Nous sommes assez surpris, en effet, nous a confié Marthe Nyssens, pro-rectrice, en charge des droits humains à l’UCLouvain. Nous confirmons bien l’inscription de M. Junior Masudi Wasso (…) Sur base des informations dont nous disposons, nous nous demandons pourquoi son entrée sur le territoire belge a-t-elle été refusée ?"

La police aéroportuaire a questionné l'étudiant et a estimé que ses réponses n'étaient pas convaincantes quant à ses véritables motivations de séjour en Belgique. 

"Ses réponses présentaient des incohérences par rapport à son lieu d'habitation, ses déplacements vers l'UC-Louvain (Sa sœur qui devait l’héberger, habite à Denderleeuw, en Brabant flamand, ndlr) ou encore le paiement du minerval", explique Dominique Ernould à l'Office des étrangers. "Cela a émis des doutes sur sa volonté de faire tout un cursus universitaire en Belgique".

Et Dominique Ernould d'ajouter, "Le fait d'avoir un passeport avec un visa ne donne pas un droit automatique d'entrer sur le sol Belge. Il y a toujours une vérification au moment de l'arrivée"

Nous avons contacté l’avocate de Junior Masudi Wasso. Celle-ci reste perplexe quant à la liberté décisionnaire laissée aux policiers chargés des contrôles aux frontières. "Il y a vraiment un pouvoir qui est laissé aux policiers assumant le contrôle des frontières, commente Me Marie Doutrepont. Un pouvoir qui est, selon moi, complètement discrétionnaire dans le sens où ce sont eux seuls qui décident d’arrêter telle personne plutôt qu’une autre, d’interroger telle personne plutôt qu’une autre. Ils peuvent aussi éventuellement refuser l’entrée sur le territoire."

Me Marie Doutrepont a introduit un recours auprès du Conseil du contentieux des étrangers. Le juge a rejeté ce recours, estimant que les arguments de la défense n'étaient pas fondés. 

Junior Masudi Wasso va être rapatrié au Congo dans les prochains jours. 

Sur le même sujet: JT 30/09/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK