Un groupuscule néo-nazi tente d'organiser un concert sur Charleroi

Des membres de ''Blood&Honour'' photographiés en 2010.
Des membres de ''Blood&Honour'' photographiés en 2010. - © Belga

Des militants d'extrême-droite sont à la base de ce concert où la symbolique nazie est omniprésente. En Belgique, ces pratiques sont contraires à la loi contre le racisme et la xénophobie. Les autorités judiciaires travaillent sur cette affaire et tentent d'identifier le lieu où se tiendra ce concert. Il est prévu qu’il y ait lieu samedi.

C'est ce samedi soir qu'une dizaine de militants de la mouvance du groupe néo-fasciste "Blood&Honour" vont tenter d'organiser un concert à Charleroi. Ce groupuscule est déjà bien présent en Europe ou en Flandre. Il tente de s'implanter chez nous. Durant ces concerts, la symbolique nazie est omniprésente, ce qui est répréhensible par la loi.

La technique utilisée par ''Blood&Honour'' est toujours la même. Ils louent incognito une salle, souvent dans un village. Les sympathisants sont prévenus du lieu où se tient le concert au dernier moment. ''Très souvent, ils utilisent toute une série de subterfuges'', précise Daniel Marlière, premier substitut du procureur du Roi de Charleroi. ''Dire qu’il s’agit d’un anniversaire, d’une fête familiale… Or, ce n’est pas le cas évidemment.'' Mais que faire si, samedi après midi, on se rend compte qu'on a loué sa salle à un groupe néo-nazi ? ''Si, en dernière minute, on se rend compte que l’on se retrouve devant un événement néo-nazi, la première chose à faire c’est de prévenir la police et le bourgmestre. Ce dernier peut, le cas échéant, prendre un arrêté pour interdire l’événement.''

Côté judiciaire, le parquet de Charleroi, prévient : il surveillera de très près cet événement. ''Ce n’est pas un secret, on travaille dessus. En ce qui concerne la recherche de cette salle, le parquet a demandé à toutes les zones de police de l’arrondissement judiciaire d’effectuer un cadastre des salles susceptibles d’accueillir ce genre d’événements. Il est bien évident qu’en cas d’infraction, des procès-verbaux seront rédigés.''

Tout l'enjeu et la difficulté, pour les autorités judiciaires, sera de constater et d'établir que des faits contraires à la loi contre le racisme et la xénophobie ont été commis au cours de ce rassemblement.

 

Hugues Decaluwé

 

 


Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK