Un espoir de reprise pour la cokerie d'Ougrée et pour Ringmill

Ce groupe luxembourgeois a en effet présenté un plan d'affaires qui prévoit un investissement de 117 millions d'euros, sur trois ans. Sur ce montant, 55 millions d'euros seraient consacrés à la relance de la cokerie. 42 millions à la modernisation de l'aciérie électrique d'ESB. Enfin, 20 millions d'euros seraient destinés à améliorer la production d'Arcelor Ringmill à Seraing. REM prévoit la création de 400 emplois.

La groupe a présenté son business plan à la Sogepa, le bras financier de la Région wallonne, et aux syndicats. Alors: plan crédible ou poudre aux yeux ? Voici ce qu’en pense Jean-Luc Rader (secrétaire régional de la FGTB-Métal) : "Je ne peux pas dire que c’est juste de la poudre aux yeux. Crédible ? Il est en tous cas ambitieux. Il y a une certaine logique dans le plan industriel. Maintenant, le business plan rentré manque de propositions et d’explications concrètes quant à la manière de le réaliser. Surtout sur le plan financier."

D’autant que ce groupe, REM, apparaît comme fort nébuleux. "La Sogepa a essayé de se renseigner sur REM. Et visiblement, c’est extrêmement compliqué d’y voir clair. Ils vont donc leur demander plus d’informations : qui sont-ils, quelles sont ses possibilités financières ? Pour l’instant, tout cela est sans réponse…"

Reste à savoir si ArcelorMittal est toujours bien décidée à vendre la cokerie, et éventuellement Ringmill, alors que dans le même temps, la multinationale démantèle ses autres usines.

Marc Hildesheim

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK