Un élevage de 500 vaches qui fait du bruit à Brye près de Fleurus

Une vache, ça va, 500...
Une vache, ça va, 500... - © rtbf.be - Daniel Barbieux

A Fleurus, un agriculteur installé dans le village de Brye a introduit une demande de permis d'environnement pour régulariser un élevage bovin laitier de plus de 500 animaux. Il s’agit bien de régulariser car les vaches sont déjà présentes face aux riverains convoqués a posteriori pour une réunion qui s’est tenue lundi soir.

500 bêtes, c'est plutôt une taille peu courante pour une exploitation de bovins. La moyenne des exploitations en Région wallonne est de 127 têtes. Et donc il y avait une réunion hier soir pour présenter le projet. Une vingtaine de riverains étaient venus aux nouvelles mais le projet existe déjà et les bêtes sont là. On est donc dans une procédure de régularisation mais un bureau d'études va malgré tout travailler au dossier.

Hier soir, conformément à la loi, l’éleveur a pu, pour la première fois, exposer son projet aux riverains qui s’étaient installés en zone rurale pour avoir le calme et qui s’inquiètent des nuisances.

Un bureau d’étude a pris note des questions des remarques formulées. Ce bureau d’études aura demain en charge l’élaboration de l’étude d’incidence. Il sera tenu d’y répondre dans un dossier précis qui sera joint à la demande de permis unique qui sera introduite ultérieurement par le promoteur. C’est seulement lors de cette introduction là que commencera l’enquête publique. Enquête publique au cours de laquelle on aura de nouveau l’occasion d’émettre des remarques, de poser des questions, d’être pour, d’être contre et d’argumenter sa position.

Quant à l'échevin de l'environnement fleurusien, Francis Lorand, il est plutôt lucide : " Les personnes qui sont en recherche d’un logement en Brabant Wallon et qui sont à Villers-la-Ville ou Marbais, et qui continuent à chercher, et qui débordent sur le territoire de Fleurus à Brye, à Saint-Amand, à Wagnelée : ils sont, pour eux, toujours dans une zone similaire. Ce sont les trois communes rurales de l’entité de Fleurus et, donc bien évidemment, dans une zone rurale on entend meugler une vache et on entend chanter un coq : c’est ce qui fait le charme et l’attrait de la zone rurale. Mais ne me faites pas dire ce que je ne dis pas : il y a une différence entre un chant de coq et un meuglement de vache et le chant de 10 000 coqs et le meuglement de 500 vaches. C’est peut-être pas tout à fait la même chose. Et le caractère rural est peut-être, et je dis bien peut-être, mis à mal par une exploitation qui dépasse peut-être un volume acceptable dans une zone rurale. "

Luciano Arcangeli, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK