Un électromécanicien de Carmeuse poursuivi pour homicide involontaire

Le site de Carmeuse à Seilles, près d’Andenne.
Le site de Carmeuse à Seilles, près d’Andenne. - © Google Street View

Un tragique accident de travail chez Carmeuse, à Andenne, a été évoqué lundi au tribunal à Namur. Un électromécanicien y est poursuivi pour homicide involontaire. En mars 2011, suite à une erreur de manipulation, il a remis en marche un broyeur dans lequel travaillait un collègue. Pour sa défense, le prévenu a décrit ses conditions de travail.

Par la voix de son avocat, le prévenu a décrit le contexte dans lequel il reconnaît avoir commis une erreur, dont les conséquences sont terribles. Un homme est mort. Et celui qui s'en sent responsable est aussi meurtri à vie.

Mais, ajoutera l'avocat, cette affaire est aussi celle d'un système où la rentabilité pousse les hommes à agir vite, sans toujours mesurer les risques encourus.

Ici, en l'occurrence, le poste de commande sécurisé se trouvait à 400 mètres du lieu où les équipes menaient des opérations de maintenance. Pour éviter de perdre du temps, c'est par liaison téléphone que les réparateurs demandaient la remise en route de telle ou telle machine. Et c'est d'un poste intermédiaire, situé plus proche du chantier, que le prévenu relevait les interrupteurs à l'aide d'un tournevis. Pas d'identification précise des machines, le risque de confusion était réel.

Une manière de faire non règlementaire qui, après l'accident, a été pointée par le service d'inspection.

Après l'accident, la direction de l'entreprise a toutefois pris des mesures pour éviter que cela ne puisse se reproduire. Mais aujourd'hui, l'électromécanicien se retrouve seul devant le tribunal, bien seul. La défense a demandé à ce qu'il puisse bénéficier de la suspension du prononcé. Le parquet ne s'y est pas opposé. Jugement le 18 mars.

Patrick Michalle