Un drone au-dessus du cimetière de Chastre pour numériser les sépultures

Ainsi numérisé, le cimetière pourra être consulté comme une base de données, en cliquant sur une sépulture.
Ainsi numérisé, le cimetière pourra être consulté comme une base de données, en cliquant sur une sépulture. - © Flickr - Peter Linehan

La commune brabançonne veut établir un cadastre précis de toutes les sépultures. Les photos aériennes prises par le drone permettent de dresser une carte numérique des parcelles. Et en cliquant sur chaque sépulture, chaque pierre tombale, la commune pourra vérifier l'état de la concession.

Le drone s'élève au-dessus du petit cimetière de Chastre, et s'en va arpenter le terrain, à 15 mètres d'altitude. 350 clichés plus tard, l'image aérienne du cimetière est reconstituée dans ordinateur. En zoomant, la résolution permet de lire les inscriptions sur les pierres tombales.

"Cela peut quand même faire gagner du temps par après pour aller revisiter le cimetière de façon virtuelle", explique Jean-Marc Charrette de la société ODI.

Ainsi numérisé, le cimetière peut être consulté comme une base de données, en cliquant sur une sépulture. "Chacun des petits polygones qui a été dessiné pour les sépultures permet de donner des informations, poursuit Nicolas Servais, éco-conseiller à la commune de Chastre. C’est Monsieur Untel qui est inhumé, par exemple, depuis telle année ; qu’il y a deux cercueils dans ce caveau plus une urne, de manière, par exemple, à ce que lorsqu’une famille veut faire inhumer une personne supplémentaire dans le caveau, on puisse très facilement dire s’il reste ou non de la place."

Dans certains cimetières de Wallonie, les cadastres sont tellement mal tenus qu'il faut parfois se reposer sur la mémoire du fossoyeur. Il arrive même qu'une commune soit incapable de mettre un nom sur telle ou telle sépulture abandonnée ou de la rattacher à une famille. Un cadastre numérique bien tenu permettrait de mieux gérer l'espace, et de retrouver un peu de place, dans des cimetières de plus en plus saturés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK