Un deuxième élu quitte le PTB: Mustapha Al Masude siégera comme indépendant à Forest

Mustapha Al Masude a été élu avec près de 300 voix.
Mustapha Al Masude a été élu avec près de 300 voix. - © PTB-FOREST

Après Mohamed Amine Akrouh à Molenbeek, c'est au tour du conseiller communal Mustapha Al Masude, à Forest, d'annoncer son départ du PTB. A partir du conseil communal du 27 février prochain, ce dernier siégera comme indépendant. Le PTB forestois passe de quatre à trois élus. 

Mustapha Al Masude, 48 ans, a été élu en octobre dernier. Syndicaliste FGTB-SETCA dans une société informatique, celui-ci a récolté 291 voix pour sa première élection. A Forest, la tête de liste pour le parti d'extrême-gauche était Stéphanie Koplowicz.

Un manque de concertation avec les élus

Interrogé par la RTBF, Mustapha Al Masude explique continuer "à partager les idées du PTB". Mais "je regrette le manque de concertation et d'implication avec les élus dans les décisions de la hiérarchie, du groupe. Il y a un avant et un après élections communales. Auparavant, les candidats étaient les relais des demandes de la population. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. On a le sentiment d'avoir été élu pour rien. Je ne m'identifie plus au mode de fonctionnement du PTB même si j'en partage toujours ses idées." Autre grief: l'absence de priorités à court terme. "Je souhaiterais des politiques plus prononcées autour de la jeunesse, de l'emploi, du sport... Le PTB visait surtout l'accès au logement social. Chose que j'estime importante. Mais c'est un combat qui demande des années."

Mustapha Al Masude, actif au sein du PTB forestois depuis une année, ajoute également regretter le fait qu'il n'ait pas été désigné au sein du conseil de l'aide sociale, au profit d'une personnalité non élue. 

Le souci: le fonctionnement, pas les idées

A Molenbeek-Saint-Jean, le groupe PTB local a perdu, en décembre dernier, Mohamed Amine Akrouh, également pour "manque de concertation de la hiérarchie avec les élus". "Lorsque son départ a été annoncé, j'ai été étonné", réagit Mustapha Al Masude. "Mais après réflexion, je me suis rendu compte que je partageais le même constat. Le souci n'est pas le parti ou ses idées mais son fonctionnement. Le PTB veut-il collaborer avec ses élus? S'il ne veut pas, alors cela ne sert à rien de rester en son sein."

Mustapha Al Masude n'envisage pas de rejoindre une autre formation politique. "Mais lors des réunions du conseil communal, il faudra voir avec qui il me sera possible de travailler, de déposer des textes... Travailler seul comme indépendant n'est pas évident."

De Block: "Les élus sont au service du collectif"

Lors des élections d'octobre dernier, le PTB a réalisé un bond en terme de sièges dans plusieurs communes bruxelloises pour totaliser 36 élus. Désormais, la formation n'en compte plus que 34 élus. Pas de quoi inquiéter Dirk De Block, responsable du PTB bruxellois. "Les cas des Mustapha Al Masude et de Mohamed Amine Akrouh sont différents. Mustapha Al Masude a voulu être conseiller CPAS et il ne l'a pas été. Chez nous, ce sont les sections qui décident, pas les élus. Personne n'a plus la parole qu'un autre. Les élus sont au service du collectif et c'est le collectif qui décide des priorités, des points à aborder au conseil communal, etc. C'est un mode de fonctionnement qui réclame un apprentissage. Certains peuvent être moins à l'aise avec cela. Nous le respectons."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK