Un couple de Saint Ghislain en colère après une opération de police : "Ils ont agi comme des cow-boys"

La porte de l'appartement a été défoncée
La porte de l'appartement a été défoncée - © Tous droits réservés

Quelques jours après les faits, Sue Ellen en tremble encore. Dans la nuit de dimanche à lundi, à 5 heures du matin, une unité de police a défoncé la porte de son appartement "ils sont rentrés en hurlant comme des guerriers ! Ils étaient au moins 10 casqués, masqués et mitraillette au poing avec des lasers. J’avais l’impression d’être une terroriste !" Sue Ellen et son compagnon sont en petite tenue, ils sont menottés à l’aide de colsons : "Ils nous ont plaqués contre le sol, ils nous criaient dessus des ordres contradictoires, on ne comprenait rien !"

La police s’est-elle trompée d’appartement ?

Les policiers fouillent l’appartement durant près d’une heure : "Ils ont tout saccagé ! Mais une inspectrice s’est rendu compte qu’il y avait une erreur. Là, ni une ni deux, on a vu tout le monde qui est reparti aussi vite qu’ils sont arrivés". Visiblement, il y a eu une boulette quelque-part. L'homme visé par cette perquisition pourrait-être le voisin. Le couple se demande comment la police a-t-elle pu se tromper ? "Ils recherchaient quelqu'un avec des longs cheveux, alors que mon compagnon est complètement rasé !"

Le parquet ne confirme pas l’erreur, l’immeuble à perquisitionner était le bon. Les agents se sont-ils trompés de porte ? Pas de réponse à cette question, le parquet invoque le secret de l’instruction.

"On n’a rien contre la police, mais on ne laissera pas ça sans suite"

En attendant, le couple a décidé de porter plainte : "Il y a une lettre qui va partir au comité P (ndlr : la police des polices), au procureur du roi et au procureur général", assure Ugo, le compagnon de Sue Ellen. "On n’a rien contre la police, on est content de voir qu’ils font leur travail. D’ailleurs ils étaient sans doute armés pour une bonne raison, l’individu recherché était peut-être dangereux. Par contre, ce qui est inadmissible, c’est leur attitude. Après avoir constaté leur erreur, ils ont continué à nous maltraiter. De plus, personne n’est venu s’excuser !"

Le couple demande réparation pour les dégâts causés : la porte d’entrée est cassée, plusieurs objets à l’intérieur de leur appartement ont été endommagés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK