Un couple de Namurois invente un parc d'attractions pour ralentir

Le projet a été baptisé "Proust alors". Un intitulé qui évoque la nostalgie et le retour en enfance, comme lorsque Marcel Proust croquait dans sa fameuse madeleine. Ici, le visiteur est d’ailleurs invité à perdre son temps, ou en tout cas à abandonner sa montre et ne pas voir les heures passer. Les GSM doivent également être complètement éteints dès l’entrée.

"Déconnexion" est le mot-clé de cet espace, installé pour une semaine et deux week-ends dans l’ancien bâtiment de la banque Fortis, en plein centre de Namur, en pleine période de frénésie de préparation des fêtes. Derrière ce projet qui s’inscrit dans la mouvance "slow life", il y a Aurélie Dechamps et Thomas Fernémont, un couple qui voulait ralentir.

"Nous avions tous les deux des boulots géniaux mais très prenants. On vivait à 200 à l’heure. On était dans des métiers où on croisait beaucoup d’entrepreneurs et on s’est dit : pourquoi pas nous ? J’aime animer, Aurélie aime concevoir des jeux. On s’est dit que c’était une idée à creuser et c’est lors d’un voyage en Hongrie que le projet a germé, en voyant des cabanes de jeux en bois. On pensait y passer une demi-heure et on a quitté les lieux quand le soleil se couchait. On s’est dit qu’on tenait quelque chose", raconte Thomas.

Jeux à l’ancienne et escape games

Aurélie et Thomas ont créé leur société "Le Siroteur" il y a trois ans, qui propose des animations et des jeux à l’ancienne lors d’événements publics ou privés. "Nous visons toujours les adultes dans l’idée qu’eux aussi ont le droit de se poser, que le jeu n’est pas réservé aux enfants", précise l’entrepreneur.

Le projet du couple était de regrouper ces jeux dans un endroit fixe. L’expérience éphémère qui se tient à Namur en ce moment tient donc lieu de deuxième test, avant de trouver l’endroit ou installer définitivement leur concept.

Dans cet espace de 800 mètres carrés, on retrouve des jeux en bois à l’ancienne, des coins détente et des escape games, élaborés par Aurélie. "Je n’appellerais pas ça du travail car j’ai pris beaucoup de plaisir à les concevoir, relativise la jeune femme. Tout part souvent d’un meuble que nous avons chiné et autour duquel tout un scénario avec des énigmes est imaginé". Les éléments de décoration semblent d’ailleurs tous sortis d’une maison de grand-mère.

Depuis combien de temps on est là ? On ne sait pas…

C’est cet esprit nostalgique et décalé qui a d’ailleurs incité Sébastien, Charlotte et Louise à pousser en famille les portes de l’ancienne banque. "Ça correspond tout à fait à nos attentes. On est complètement déconnectés, on ne fait plus attention au temps. On est vraiment bien, la décoration, la musique, la tranquillité nous mettent à l’aise. On n’est pas pressés", confirme Sébastien.

Affairés autour de la résolution d’une énigme qui leur permettra d’ouvrir un des nombreux cadenas d’un escape game, Mehdi et Florence confirment : "On avait vraiment besoin de ralentir, de se distraire, d’avoir un peu de temps à deux. On est venus exprès pour ça. Depuis combien de temps on est là ? On ne sait pas : le temps a disparu vers onze heures ce matin", confient-ils en milieu d’après-midi.

"Lors de la première édition, les gens restaient en moyenne quatre heures et demie, mais certains ont passé plus de huit heures sur place", confirme Thomas Fernémont. Pendant la semaine, l’espace de jeu accueillera des entreprises pour des activités de team buildings.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK