Un couple de Haccourt collectionne 2200 pandas depuis 1978

Une maison blanche, une sonnette portant le nom d’André et Céline Cornet: rien d’extravagant si l’on s’en tient à l’apparence de la façade, mais une fois passé le pas de la porte, nous nous retrouvons plongé dans un sanctuaire voué … aux pandas.

Du sol au plafond, la concentration de pandas au mètre carré est inimaginable. Outre les cadres, les paillassons et autres figurines qui sont des objets jusqu’ici plutôt classiques, on trouve aussi dans le foyer des draps de lit, des peignoirs, des calendriers, des horloges et même une planche de cabinet à l'effigie des animaux.

L'origine de cette passion

Mariés depuis 45 ans, les deux sexagénaires font une réelle fixation sur cet animal. Cette passion, vieille d’une trentaine d’années, prend sa source dans un souvenir ramené d’un voyage qui, vous l’aurez deviné, n’était autre qu’un panda.

Printemps 1978, à l’époque chauffeur de poids lourds, André s’apprête à rentrer d’un trajet en Italie. Alors à la recherche d’un cadeau souvenir pour son épouse, il tombe sur un curieux œuf de Pâques. Après l’avoir ouvert, ce n’est autre qu’un tout petit panda qu’il découvre à l’intérieur. Il paye, demande un emballage cadeau et remonte dans son camion pour rejoindre sa famille. Résultat du présent auprès de sa moitié: transcendant. Malheureusement, le couple estime rapidement que "le petit panda se sentait un peu seul sur son étagère. Alors on s’est mis à acheter des pandas à chaque fois que, par hasard, on tombait sur une jolie pièce", raconte André.

Depuis, ce ne sont pas 100, pas 1000, mais bien quelque 2200 pandas qui jonchent tous les espaces disponibles de l’habitation. Quand on lui demande la valeur d’une telle collection, André répond tout simplement qu’elle est inestimable. Pendant ce temps, à quelques mètres de là, Céline s’est éclipsée pour jouer sur son ordinateur à un jeu vidéo. Un jeu mettant naturellement en scène son animal fétiche.

Et demain ?

Lorsque les deux collectionneurs viendront à disparaître, André explique que les peluches en tous genres seront léguées aux services pédiatriques des hôpitaux de la Province. Quant aux statuettes et aux figurines, il a bon espoir qu’elles soient conservées dans leurs vitrines d’origine et exposées à Pairi Daiza, non loin de l’enclos des deux pandas Hao Hao et Xing Hui qui feront le 5 avril prochain la fierté du parc animalier.

Inutile de leur demander s’ils ont l’intention de s’y rendre, le duo de passionnés trépigne déjà d’impatience. Ils s’y rendront dans leur voiture dont les sièges sont bien évidemment recouverts … de pandas.

Maxime Dumoulin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK