Un bouquet pour la Saint-Valentin: la rose rouge demeure indétrônable

La Halle aux fleurs du marché matinal de Bruxelles
La Halle aux fleurs du marché matinal de Bruxelles - © Tous droits réservés

Offrir un bouquet de roses à la Saint-Valentin, c'est devenu ringard? Pas du tout: ce geste galant a toujours la cote. Avec le 1er mai et la fête des mères, le 14 février est une date importante pour le chiffre d'affaires des fleuristes. Confirmation à la Halle aux fleurs du marché matinal de Bruxelles. En cette veille de fête des amoureux, une nuit intense vient de se terminer.

Durant les jours qui précèdent la Saint-Valentin, c'est toute une filière qui se mobilise: producteurs, importateurs, grossistes... Les négociants l'affirment: la rose rouge est indémodable. C'est toujours elle la plus demandée, elle représente 70% des roses vendues pour la Saint-Valentin. Chemsedine Ramdani, grossiste en fleurs, est un personnage bien connue de la Halle aux fleurs. Ici, tout le monde l'appelle "Chems". Il nous décrit les heures qui précèdent ce rush floral.

"En fait, l'achat se fait d'abord en Hollande, très tôt le matin. On démarre le 12 février en pleine nuit, vers 2h, pour être aux Pays-Bas à la criée, qui débute à 6h. C'est, en fait, une bourse aux fleurs, avec une horloge inversée; c'est-à-dire que le prix démarre du plus cher vers le moins cher. Donc lorsqu'on clique pour acheter, si on clique trop tôt on paie plus cher que tout le monde, et si on attend trop longtemps on n'a pas la rose. La criée se termine à 8h, ensuite on charge les camions, puis on effectue la livraison à la Halle aux fleurs de Bruxelles vers 15h, une heure avant l'ouverture du marché. La journée se finit aux alentours de 23h. Et le lendemain le réveil sonne à 3h, pour continuer la vente qui s'ouvre à 4h. Et les derniers acheteurs viennent au plus tard à 9h."

Ces fleurs, vous les avez achetés en Hollande, mais elles ne sont pas toutes produites là-bas...

"En effet, même si à la bourse hollandaise, on retrouve bien sûr des fleurs hollandaises, produites au pays, et des fleurs belges aussi. Mais c'est vrai qu'une bonne partie des fleurs vient du continent africain: Zimbabwe, Kenya, Mozambique, Éthiopie,... Israël également. Sans oublier la rose d’Équateur, qui est une très belle rose. Tout cela est contrôlé, il y a des quotas d'importation."

Quelles sont les tendances? Comment évolue la consommation de fleurs, en Belgique?

"Pour la Saint-Valentin, c'est clair: la rose rouge reste la plus prisée, à 80%, voire 90%. Même si l'on offre un bouquet, on essaie toujours d'avoir au moins une rose rouge, et si possible au cœur du bouquet. Le rouge est indétrônable."

Véronique Fievet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK