Aéroport de Zaventem: Jacqueline Galant "discrédite le système belge"

Le propriétaire de l'aéroport de Zaventem a-t-il reçu, à l'achat, des garanties pour développer le site? Il n'y a pas encore de réponse aujourd'hui.
Le propriétaire de l'aéroport de Zaventem a-t-il reçu, à l'achat, des garanties pour développer le site? Il n'y a pas encore de réponse aujourd'hui. - © JACQUES COLLET - BELGA

La ministre MR de la mobilité Jacqueline Galant ne transmet pas certains documents importants relatifs à l'aéroport. En l'occurrence: les contrats de vente de l'aéroport national par l'Etat Belge en 2004.

L'aéroport de Zaventem avait alors été vendu au géant australien Macquarie, deuxième plus grand propriétaire d'aéroports dans le monde. Macquarie avait acquis le plus gros morceau de ce "bijou de famille" belge, 70% de l'aéroport et les terrains aux alentours. La négociation avait été menée, pour l'état, par Johan Vande Lanotte, ministre sp.a.

Un contrat resté secret

Plus de dix ans après cette vente, on ne connait toujours pas la teneur de ce contrat: l'Etat avait-t-il garanti à l'acheteur de pouvoir développer le site? De mener un nombre minimal de vols par an? A-t-il garanti un survol de jour comme de nuit?

Ces garanties, si le contrat en mentionne, pourraient encore influencer les décisions politiques sur le survol et sur les activités de l'aéroport. Pourtant elles n'ont jamais été rendues publiques, ni par Jacqueline Galant ni par aucun de ses prédécesseurs, ministres de la Mobilité. Ce n'est pas faute pour la presse, pour les riverains et pour l'opposition d'avoir essayé d'en savoir plus.

Jacqueline Galant "discrédite le système belge au niveau européen et international"

Une riveraine de l'aéroport, habitante de Bruxelles, a demandé à la Ministre, il y a quelques mois, une copie de ce contrat. Elle s'appuie sur une directive européenne transposée en loi, qui permet à un citoyen de demander aux autorités des informations environnementales, par exemple si elles ont un impact sur sa santé. Et en l'absence de réponse, le citoyen peut introduire un recours devant une commission, la "Commission fédérale de recours pour l'accès aux informations environnementales".

C'est ce qui s'est passé. La commission a alors aussi demandé à accéder à ce contrat, en vain. Elle n'a donc même pas pu décider s'il est légitime de le rendre public puisqu'elle n'y a pas eu accès. Elle a dès lors publié un avis tranchant, daté du 7 juillet:

"La commission regrette le choix de la Ministre de ne pas avoir donné accès aux documents demandés. Elle entrave ainsi le bon fonctionnement de la commission et discrédite le système belge au niveau européen et international".

Jacqueline Galant "a contacté l'aéroport"

Le cabinet de Jacqueline Galant renvoie la balle à l'aéroport: une demande a été transmise à l'aéroport, par recommandé, pour recevoir une copie de ce contrat. Copie que le cabinet dit encore attendre et qui sera transmise à la commission "dans les plus brefs délais".

Amnésie collective ou désordre généralisé

La réponse de la Ministre a de quoi étonner. N'y a-t-il personne, côté politique, qui détiendrait copie de ce document qui a pourtant marqué un tournant décisif pour l'aéroport national? La Ministre n'a-t-elle pas reçu d'archives? N'y a-t-il personne, dans son propre parti, le MR, qui aurait une copie à lui transmettre? Le MR, comme d'ailleurs le PS, le VLD, le sp.a et Spirit, siégeaient au sein du gouvernement fédéral (Verhofstadt II) au moment de la conclusion de la vente. Le sp.a Johan Vande Lanotte, qui a négocié le contrat, ne doit pas avoir tranché seul.

Les riverains accentuent la pression

Les différentes associations de riverains, réunies au sein de la "Plateforme des douze", veulent intensifier la pression: introduire un recours au Conseil d'Etat pour pousser la Ministre à présenter le document. Et savoir enfin s'il contient des garanties politiquement sensibles et si le gouvernement fédéral, qui s'apprête à remanier une nouvelle fois le survol autour de l'aéroport, négocie les coudées franches ou dans un cadre plus restreint.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK