Un "Atlas" pour découvrir le Hainaut autrement

Les ascenseurs du Canal du Centre, un des sites classés par l'Unesco mis à l'honneur dans cet ouvrage
Les ascenseurs du Canal du Centre, un des sites classés par l'Unesco mis à l'honneur dans cet ouvrage - © S. Vandreck

La Province de Hainaut compte dix-neuf patrimoines classés par l'Unesco, des sites et des traditions reconnus internationalement et inscrits sur une prestigieuse liste... Ces beffrois, ascenseurs à bateaux, sites miniers, carnavals, marches militaires... sont aujourd'hui mis à l'honneur dans un livre, l’ "Atlas Subjectif du Hainaut".

Il ne s’agit pas d’un atlas de géographie à proprement parler, ni même d’un guide touristique. «L’Atlas subjectif du Hainaut» met plutôt en valeur le vécu, le ressenti des Hainuyers. Une quarantaine de personnes ont contribué à sa confection : des gestionnaires de sites Unesco et des habitants. Il se présente comme une série d’inventaires autour de thèmes comme le carnaval de Binche, les Marches de l’Entre-Sambre-et-Meuse, les sites miniers. Maria, une habitante de la cité minière de Bois-du-Luc, a ainsi proposé pour le livre une série de petits mots échangés depuis 25 ans avec son mari, une véritable tranche de vie au cœur des carrés. «Je suis une fille de mineur, mon papa habitait déjà à Bois-du-Luc et je suis fière d’y habiter», raconte-t-elle.

Des mains, des oranges, des pigeons

En feuilletant l’ouvrage, on peut également découvrir une série de portraits des victimes de la catastrophe du Bois du Cazier. A une autre page, on trouve des mains sculptées, photographiées aux quatre coins de la Cathédrale de Tournai. Plus loin, c’est un alignement d’oranges de gilles (celles qui sont lancées par un gille au cours du mardi-gras) ou de plumes d’autruche (celles qui composent un chapeau de gille). On retrouve également des photos de gilles issues d’albums de familles. «On n’est pas dans des reportages de photographes de métier, mais plutôt dans des photos prises spontanément par des proches», explique la conservatrice du Musée du Masque de Binche, Christel Deliège, qui a également contribué à l’ouvrage. Le livre est essentiellement consacré aux patrimoines Unesco, mais il aborde aussi d’autres aspects propres au Hainaut, comme la colombophilie.

Rendre les habitants fiers

Toutes les données compilées ont été mises en page par la graphiste Annelys de Vet. L’ouvrage se destine plus aux hennuyers qu’aux touristes. L’idée est que les habitants puissent se réapproprier leur patrimoine et en être fiers, comme l’est Pierre Arcq le directeur du Mojo des Wallons à Charleroi: «Quand l’ambassadeur du Vietnam est venu au salon des vacances à Charleroi, il était très fier de nous parler de nous parler des douze reconnaissances Unesco de son pays. Nous, nous en avons dix-neuf, dans une région assez petite. C’est assez exceptionnel, même au niveau mondial». L’ouvrage s’accompagne d’une exposition, que l’on peut découvrir jusqu’au 22 mars prochain à l’Espace Wallonie, près de la Grand-Place de Bruxelles.

Stéphanie Vandreck

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK