Un architecte namurois est l'un des concepteurs d'un pont hors norme près de Pékin

Il a fallu six ans aux équipes de concepteurs pour modéliser le pont Chang An. Sa construction devrait s'achever en août 2019.
Il a fallu six ans aux équipes de concepteurs pour modéliser le pont Chang An. Sa construction devrait s'achever en août 2019. - © Nicolas Godelet, Bernard Vitry et BMEDI

Le pont Chang An, en Chine, est un monstre d’acier de 638 mètres de long pour 47 mètres de large. Ce pont haubané - type de pont suspendu - est surtout une prouesse technique. Composé uniquement de courbes, il ne repose que sur quatre appuis. D’un design poussé, il est conçu pour n’être qu’un trait dans le paysage. Le tablier, partie centrale du pont qui accueille les voies de circulation, mesure un peu moins de trois mètres d’épaisseur en son centre. Toute la structure est portée par deux portes asymétriques : la porte des montagnes de 120 mètres de haut, et la porte de la ville de 75 mètres.

A la tête de ce projet, un architecte namurois : Nicolas Godelet. Il a en effet été sélectionné suite au lancement d'un concours international d’architecture ouvert pour cet ouvrage par Pékin en 2011, avec son associé français l’architecte Bernard Viry et le bureau d’études BMEDI.

Chang An enjambe un fleuve de 400 mètres de large dont les rives ont été travaillées par la dynastie Ming au XIVe siècle pour empêcher les crues du fleuve d’inonder Pékin. Pour ne pas perturber l’hydrologie du fleuve, ce qui pourrait abîmer les renforcements millénaires des berges, les fondations du pont s’encrent en seulement 4 points, et sont alignées, non pas par rapport aux berges, mais par rapport au courant. Le pont n’est donc pas, comme c’est généralement le cas, perpendiculaire au fleuve.

Pour concevoir cet ouvrage hors norme, le pont est entièrement et uniquement modélisé en 3D. Cette modélisation a durée six ans. Toutes les équipes techniques travaillent sur un modèle qui calcule en temps réel les conséquences des modifications apportées à la stabilité de la structure du pont.

Si la modélisation a pris six années, la construction du tablier métallique du pont de 638 mètres de long ne prend que deux ans. Les travaux ont débuté en 2017 et doivent s’achever d’ici le mois d’août 2019. Chang An est construit sur l’axe principal est-ouest de Pékin. Il permettra à la ville de poursuivre son extension vers l’ouest. Il sera également un des symboles des Jeux Olympiques d’hiver de 2022 puisqu’il permettra de relier les deux sites des J.O.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK