Un apiculteur d'Esneux au parlement européen pour défendre les abeilles

Une apiculteur d'Esneux au parlement européen pour défendre les abeilles
Une apiculteur d'Esneux au parlement européen pour défendre les abeilles - © Flickr - Thomas Bresson

Un apiculteur d'Esneux se rendra au parlement européen à Bruxelles ce lundi après-midi. Louis Baumans s'occupe du rucher didactique de Tilff. Au Parlement européen, dans le cadre de la semaine de l'abeille, il y parlera du danger de disparition totale de ces abeilles victimes de parasites mais aussi de l'homme et de ses insecticides.

"Il y a eu l'apparition d'un parasite qui a fortement impacté les abeilles qui est le varroa" explique-t-il. "On pense qu'il y a quand même une synergie entre les néonécotinoïdes et cet ectoplasme qui affaiblit l'abeille. Ces abeilles étant affaiblies, elles redéveloppent des maladies qui sont des maladies propres à l'abeille. Il n'y a plus d'abeilles sauvages mellifères dans la nature. C'est fini ça déjà. Le message, c'est que le principe de précaution devrait être appliqué parce qu'on est en mode survie ici. On regarde avec angoisse les pertes qu'il y a en Belgique. L'agriculture est probablement un des vecteurs. Ce n'est sûrement pas le seul. Les parasites en sont un autre. Peut-être le changement climatique aussi. Que va-t-on laisser si on continue à y aller? Il y a urgence mais il faut penser que si même on arrête à l'instant, il faut au moins quatre ans pour que les sols soient relativement assainis".

Or, les abeilles sont essentielles à notre survie: "C'est la deuxième forme de pollinisation avec la pollinisation par le vent. Sans cela, les plantes vont souffrir, surtout les plantes dont on a besoin pour se nourrir".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK