Un an avec sursis pour les deux militants du "No Border Camp"

Les activistes étaient poursuivies pour des faits de violence à l'égard de policiers devant le centre fermé 127 bis de Steenokkerzeel, en septembre 2010.
Les activistes étaient poursuivies pour des faits de violence à l'égard de policiers devant le centre fermé 127 bis de Steenokkerzeel, en septembre 2010. - © KRISTOF VAN ACCOM - BELGA

La cour d'appel de Bruxelles a condamné mercredi deux militants du "No Border Camp" à un an de prison avec sursis pour rébellion. En première instance, l'un des prévenus avait été condamné à six mois de prison avec sursis et le second à un an de prison avec sursis. Ces deux personnes, activistes du "No Border Camp", étaient poursuivies pour des faits de violence à l'égard de policiers devant le centre fermé 127 bis de Steenokkerzeel, en septembre 2010.

Les deux militants de nationalité anglaise, une étudiante de 19 ans et un assistant universitaire de 37 ans, avaient participé à une manifestation organisée devant le centre pour réfugiés de Steenokkerzeel, le 26 septembre 2010. Un rassemblement y avait eu lieu pour commémorer la mort de Semira Adamu. Cette jeune réfugiée nigériane de 20 ans était décédée dans des circonstances troubles alors que la police la rapatriait à l'aéroport de Zaventem, en 1998.

Les deux militants ont été condamnés pour s'être violemment opposés aux forces de l'ordre qui encadraient l'action, laquelle n'avait par ailleurs pas été autorisée.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK