Un afterwork sur la rue de la Loi en faveur d'une meilleure qualité de l'air

Le collectif Bruxsel’Air, les cyclistes de la Critical Mass et l’organisation Gracq ont organisé un "afterwork" ce jeudi à 18 heures sur la rue de la Loi pour attirer l’attention du nouveau gouvernement bruxellois sur la pollution de l’air. Plus de 500 personnes étaient réunies selon les organisateurs. Les autorités n'ont toutefois pas fourni de chiffres officiels.

Le lieu de rendez-vous n’était pas anodin. "La rue de la Loi est fréquentée par des milliers de piétons et de cyclistes chaque jour. Pourtant, la pollution de l’air y est très élevée et les infrastructures dont ces usagers disposent sont dramatiquement inadaptées", ont dénoncé les trois associations.

Celles-ci invitent les membres du gouvernement à tester sur la rue de la Loi une configuration de circulation routière à trois bandes au lieu de quatre, afin d’offrir des aménagements plus larges pour les piétons, les cyclistes et les autres usagers faibles (trottinettes, monoroues, etc.).

"Les travaux en cours sur la rue de la Loi sont une opportunité inédite de faire évoluer la situation. À leur issue, une configuration à trois bandes pourrait être testée sans trop de difficulté", estiment les trois associations, selon qui une telle adaptation s’inscrirait "dans l’esprit du prometteur plan régional de mobilité 'Good Move'", qui trace les grandes orientations de la mobilité bruxelloise pour les dix prochaines années.

Dans la capitale, le trafic routier constitue l’une des causes principales de la pollution de l’air, avec le chauffage des bâtiments. La Commission européenne avait d’ailleurs tancé la Région bruxelloise l’an dernier pour avoir "manqué, de manière persistante, à son obligation de respecter les valeurs limites contraignantes pour le NO2", un gaz polluant nocif pour l’appareil respiratoire.

Selon des chiffres de l’Agence européenne de l’Environnement, la mauvaise qualité de l’air causerait plus de 10.000 décès prématurés chaque année en Belgique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK