ULModrome de Liernu: malgré l'ordre de démolition, rien n'a bougé en 4 ans

Malgré l’ordre de démolition de leurs hangars, les ULM volent toujours dans le ciel de Liernu…
Malgré l’ordre de démolition de leurs hangars, les ULM volent toujours dans le ciel de Liernu… - © ALAIN HANSE HANDOUT - BELGA

C'était il y a trois mois, la commune d'Eghezée et l'administration wallonne recevait l'ordre du ministre Henri de démolir les hangars de l'ULModrome de Liernu. Mais depuis, rien ou presque n'a bougé. La saga dure depuis plusieurs années. Déjà en 2010, la Cour d'appel de Liège a condamné l'exploitant de l'ULModrome a démolir deux de ses hangars, construits illégalement. Un arrêt qui n'a pas été suivi d'effets jusqu'ici. Alors : la décision de justice sera-t-elle appliquée un jour?

Dans son arrêt de mars 2010, la Cour d'appel de Liège ordonne la remise en état des lieux par la démolition complète des deux hangars principaux et cela, dans un délai d'un an. Près de quatre ans plus tard, ces hangars sont toujours là.

Le ministre wallon de l'Aménagement du territoire a donc écrit au directeur de l'administration régionale en charge de cet épineux dossier. C'était en septembre dernier, et Philippe Henry demandait à ce haut fonctionnaire - comme stipulé par la Cour d'appel - de procéder à l'exécution forcée de l'arrêt. Depuis, rien, ou presque.

L'administration doit effectuer des relevés sur place, évaluer le coût d'une telle démolition, rédiger un cahier des charges, lancer un appel d'offres, désigner une entreprise pour raser ces hangars... Et tout ça prendra encore du temps, beaucoup de temps.

Ajouter à cela d'autres procédures en cours : une demande de changement d'affectation du sol introduite par la commune pour faire passer le site de zone agricole en zone de loisirs. Et puis aussi une autre demande, de régularisation, la septième introduite par l'exploitant de l'ULModrome. Bref, le dossier est et reste très complexe. Et en attendant une issue, quelle qu'elle soit, les ULM volent toujours dans le ciel de Liernu.

Rudy Hermans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK