Université: une pétition contre la course à la compétition et à la concurrence

Compétitions, classements, évaluations accrues, rentabilité immédiate. Le savoir à l'université serait de plus en plus calqué sur le modèle économique.
Compétitions, classements, évaluations accrues, rentabilité immédiate. Le savoir à l'université serait de plus en plus calqué sur le modèle économique. - © RTBF

Plus d'un millier de signatures en deux semaines. C'est ce que vient de réunir un manifeste publié par un groupe de travail constitué autour de plusieurs enseignants de l'Université de Liège. Un texte qui met le doigt sur ce qui ne fonctionne plus dans le monde universitaire, en Belgique et à l'étranger. On y dénonce notamment les compétitions entre universités, départements et chercheurs.

Quelles doivent être les missions de l'université aujourd'hui? Conserver et transmettre les savoirs, former les étudiants à l'analyse critique, réfléchir aux enjeux et aux objectifs de la vie en société, pour le bien commun de tous. Pour les signataires de ce "Manifeste pour des universités à la hauteur de leurs missions", les universités belges et européennes ont pris une toute autre direction : celle de la compétitivité entre universités et chercheurs et de l'adaptation aux exigences d'un marché mondialisé qui n'est plus celui du savoir, mais celui de l'économie.

Philippe Steemans, l'un des signataires, est maître de recherches FNRS à l'Université de Liège : "On va donner des crédits surtout à des gros centres de recherches qui sont déjà bien connus, et on va leur donner encore plus d'argent. Puisqu'ils auront encore plus d'argent, ils auront encore plus de pouvoir. D'autre part, il y a des petits services qui peuvent aussi apporter beaucoup de choses mais qui en reçoivent moins".

Le texte dénonce ainsi les classements entre universités, des évaluations nombreuses et très normatives, la course effrénée aux publications entre chercheurs, pour obtenir des moyens de financement basés sur la réputation. Ainsi que l'accent mis sur des savoirs utilitaristes et vendables plutôt que sur des savoirs humanistes : "Cela devient vraiment 'Struggle for life', on est constamment évalué, puisque ce sont des rankings mondiaux, des index mondiaux. Donc la concurrence est rude".

Les signataires proviennent de différents départements de l'ULg, notamment au sein des facultés de Philo et Lettres, de Droit, et de Médecine vétérinaire, des Sciences et des Sciences de l'éducation. Mais ce manifeste a également reçu le soutien de nombreux autres chercheurs et enseignants, provenant aussi bien de l'ULB, de l'UCL, des Facultés de Namur ou de l'Université de Mons. Il a également recueilli de très nombreuses adhésions d'universitaires des quatre coins de l'Europe, ainsi que du Québec.

Le texte, qui se termine par un appel à résister à cette lame de fond, ne manquera pas d'alimenter le débat sur les moyens accordés à la recherche d'un enseignement de qualité.  

A. Delaunois

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK