Uccle : un nouveau potager urbain « clé sur porte »

Le potager jouxte les courts de tennis
3 images
Le potager jouxte les courts de tennis - © rtbf

Vous n’avez pas la main verte, mais vous rêvez de manger les légumes de votre potager. Peas & Love a la solution pour vous avec ses fermes urbaines entretenues. En 2017, elle inaugurait la première sur le toit de Caméléon à Woluwe-Saint-Lambert. Aujourd’hui, une deuxième est accessible au public depuis le début du mois de mai à Uccle, dans le club select David Lloyd.

Derrière les terrains de tennis, sur deux mille mètres carrés, 300 parcelles. Olivier débute une de ses premières récoltes. « On a des salades, plusieurs persils différents, de la roquette et des radis. Il faut goûter. Ce n’a pas la même saveur que ceux qu’on achète au magasin ».

Comme Olivier, Jacques a lui aussi été séduit par le projet et a loué une parcelle. « Moi ce qui m’a plu, c’est la facilité. On ne doit rien planter, contrôlé. On vient juste récolter, comme si on allait faire ses courses en fait ».

Potager vertical

Tout est pris en charge par un « community farmer » qui prend soin des cultures, plante les légumes et fruits en fonction des saisons. Chaque mini-potager s’étend sur 3 mètres carrés. Pas au sol. A la verticale. Grâce à un module spécialement conçu pour le maraîchage urbain. « En ville, vous êtes en concurrence avec les autres fonctions : se loger, travailler, se déplacer etc. Et donc, la place a énormément d’importance. En verticalisant un potager, vous économisez jusqu’à 30-40 pour-cent de l’espace dont vous avez besoin pour faire pousser vos fruits et légumes » explique Jean-Patrick Scheepers, fondateur de Peas and Love.

Et ce sera d’autant plus important pour les projets à venir sur des toits du centre-ville et de l’avenue Louise. « L’objectif, c’est de couvrir Bruxelles avec une dizaine de fermes ». En attendant celle d’Uccle devrait produire près de 15 tonnes de fruits et légumes chaque année.

Les parcelles sont louées au prix de 38 ou 34 euros par mois en fonction des formules. Et si vous n’êtes pas membre du club, il faut rajouter un droit d’entrée de 100 euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK