Uccle: la zone Natura 2000 du paisible plateau Engeland étendue de 13 hectares

Uccle: la zone Natura 2000 du paisible plateau Engeland étendue de 13 hectares
Uccle: la zone Natura 2000 du paisible plateau Engeland étendue de 13 hectares - © RTBF - Tom Denis

La zone Natura 2000 qui couvre le plateau Engeland à Uccle a été élargie de 13 hectares supplémentaires. Elle couvre à présent le site de l’Institut Pasteur. La raison : une espèce rare de chauves-souris vient d’y être découverte. L’homme ne pourra plus modifier le biotope de cet espace. Nous avons décidé d’y faire un tour.

Un petit chemin vers un bois laissé sauvage

Un peu à l’écart de la ville, comme dernier écrin de verdure avant la Flandre, le plateau Engeland dégage une atmosphère particulière. La mousse s’accumule sur les troncs et les branches des chênes. Derrière l’un d’entre eux, un oiseau aux couleurs bleutées montre son bec. Il semblerait que c’est un geai. Plus loin, une prairie avec des ânes. Ils débroussaillent de manière naturelle le terrain en vue de diversifier la végétation forestière sans l’usage des machines. Ici, dans cet espace encore préservé de Uccle, la nature vit sa vie comme elle l’entend.

« Les arbres morts sont laissés là », explique Thérèse Verteneuil, une habitante du quartier et passionnée de nature. Elle connaît le plateau par cœur. « Ici, tout est laissé en place, la nature est laissée dans son état normal, sans nettoyage comme on le fait habituellement dans les parcs gérés. C’est important pour la biodiversité. Toutes les espèces peuvent avoir des niches écologiques fondamentales pour survivre ».

Une découverte : le vespertilion à oreilles échancrées

Une grande partie du plateau Engeland faisait déjà partie du réseau européen Natura 2000. Mais il y a peu, une chauve-souris vient d’y être découverte : le vespertilion à oreilles échancrées. « Tout ce réseau Natura 2000 est désigné sur base de la présence d’un certain type de biotope ou de certaines espèces. Avec la présence de la chauve-souris, nous avons l’obligation de créer cette zone-là dans ce réseau de sites protégés », argumente Mathias Engelbeen, le responsable du réseau Natura 2000 à Bruxelles Environnement.

Une volonté de la région

« En réalisant cette extension, nous serons les seuls en Europe à étendre, de notre propre initiative, le réseau Natura 2000. Cette extension, même si elle est symbolique à l’échelle de l’Europe, témoigne d’une réelle volonté des autorités bruxelloises à protéger son patrimoine naturel », explique Céline Frémault la ministre de l’environnement bruxelloise. « La Nature est un bien commun qui doit être préservé. Au travers cette mesure, c’est plus de 13 hectares de prairies de l’Institut Pasteur qui seront dorénavant protégées. »

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK