Uccle: Ecolo demande au bourgmestre Boris Dilliès de quitter le Parlement bruxellois dès octobre

Boris Dilliès, ici au Parlement bruxellois.
Boris Dilliès, ici au Parlement bruxellois. - © ERIC LALMAND - BELGA

Ce jeudi soir, Boris Dilliès (MR) assistera à son premier conseil communal dans ses habits de nouveau bourgmestre d'Uccle. Une séance sur fond de crise politique suite aux aspirations de son rival libéral, l'échevin Marc Cools. Ce dernier a annoncé qu'il envisagerait de créer sa propre liste en vue des élections communales de 2018 si Boris Dilliès, par ailleurs député bruxellois, se décide à poursuivre son cumul. 

Au sein de l'opposition, c'est le groupe Ecolo qui décochera la première flèche. Ce jeudi soir, les Verts introduiront une motion "invitant le nouveau bourgmestre Boris Dilliès à exercer dès à présent sa fonction maïorale à temps plein au profit des Uccloises et des Ucclois". Ecolo se base sur "les déclarations de l'intéressé indiquant qu'il ne cumulerait pas les fonctions de Bourgmestre et de membre du Parlement bruxellois et qu'il démissionnerait dès lors de l'assemblée régionale" lorsqu'il endosserait ses nouvelles fonctions locales. Le chef de groupe Thibaut Wyngaard rappelle aussi "les propositions contenues dans le programme du Mouvement Réformateur visant à interdire le cumul député-bourgmestre ou échevin dans les localités de plus de 50.000 habitants". Ce qui est le cas d'Uccle.

Aucune raison sérieuse pour un cumul selon Ecolo

Ecolo souhaite que Boris Dilliès quitte le Parlement bruxellois dès ce mois d'octobre. Ce que le libéral ne semble pas disposé à entreprendre. Il l'a rappelé à la RTBF récemment: il entend clôturer plusieurs dossiers régionaux avant de redescendre sur Uccle. Reste que pour Thibaud Wyngaard: "Il n'y a aucune raison sérieuse qui justifie qu'il ne s'investisse pas dès a présent à 100% au service des Ucclois, comme il s'y est engagé. Ne pas le faire, c'est un très mauvais signal vis à vis de la population, c'est illisible.

La motion d'Ecolo sera en tout cas soumise au vote et les mandataires scruteront attentivement le choix de Marc Cools. Celui-ci devrait choisir l'abstention. "Une motion n'a qu'une valeur symbolique. Il faut que le député démissionne de lui-même ou que la loi change au niveau du cumul", rappelle Marc Cools. Les votes d'Emmanuel De Bock (DéFI) et de Céline Frémault (cdH) - DéFi et cdH participent à la majorité - seront également suivis, même si la caractère d'une motion n'est que symbolique.

A l'entame du conseil communal, Boris Dilliès fera une déclaration officielle. "Il n'y aura pas de polémique ou de déclaration particulière. Juste un bref message de nouveau bourgmestre", nous dit Boris Dilliès dont le planning reste le même: un départ du Parlement bruxellois en janvier 2018.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK