Tubize et Wavre comptent désormais des moutons et une buse parmi le personnel communal

A Tubize, une dizaine de moutons de Soay se chargent à présent de l'entretien de la pelouse du parc Saint-Jean (illustration).
3 images
A Tubize, une dizaine de moutons de Soay se chargent à présent de l'entretien de la pelouse du parc Saint-Jean (illustration). - © DR

On pourrait presque les appeler "les animaux employés communaux". Ce sont les animaux utilisés par les administrations communales pour assurer certains services locaux. A Wavre, par exemple, des rapaces servent à faire fuir les pigeons ; et à Tubize, des moutons font office de tondeuse à gazon pour entretenir le parc Saint-Jean.

Ces deix hectares d'espaces verts sont désormais entretenus par 10 moutons de Soay, une race rustique et autonome. "C’est un mouton qui est très rustique. Il ne faut pas le tondre, ni vérifier les onglons, confirme Maximilien De Nève, spécialiste de cette race de mouton. Il ne faut rien faire, juste vermifuger tous les deux ans (et encore…). Il demande très peu d’entretien et broute tout ce qu’il faut. On n’utilise pas d’électricité, on ne pollue pas, c’est beaucoup mieux qu’une tondeuse classique ! On pourrait d’ailleurs dire de lui que c’est une véritable tondeuse écologique, idéale pour les espaces verts définis qui demandent un entretien permanent."

A Wavre, c'est un rapace que la commune utilise depuis deux mois pour faire fuir les pigeons, des pigeons bruyants et dont les fientes abîment les bâtiments. Le service Environnement a fait appel à un fauconnier qui utilise une buse de Harris, un rapace qui va effaroucher les pigeons. "Il y avait une prolifération de pigeons à Wavre. Certains commerçants s’en sont plaints, explique Luc Gillard, échevin wavrien de l'Environnement. On a donc eu l’idée de faire une campagne d’effarouchement. Ici, la présence dissuasive d’un rapace permet de changer les habitudes de nidification des pigeons. Résultat : ils n’occupent plus le centre-ville." Les pigeons sont donc chassés naturellement, sans être tués ou capturés !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK