Trop peu de néerlandais au programme des élèves de primaire à Bruxelles

Trop peu de néerlandais au programme des petits bruxellois?
Trop peu de néerlandais au programme des petits bruxellois? - © Tous droits réservés

"Assurer de vrais cours de néerlandais en primaire, c'est presque mission impossible!". Ces propos émanent de l'échevin de l'Enseignement francophone à Schaerbeek, Michel De Herde. En principe, tous les élèves à partir de la troisième primaire doivent suivre trois heures de néerlandais par semaine et cinq à partir de la cinquième.

La réalité bruxelloise serait pourtant très différente. Dans le fondamental, il est en effet très compliqué de trouver des enseignants qui maîtrisent le néerlandais. Alors, on se débrouille comme on peut, constate l'échevin Defi. Les quelques enseignants qui disposent des titres requis sont répartis dans les écoles. "Nous avons également quelques instituteurs qui, sans avoir le titre pédagogique, se débrouillent en néerlandais et essayent quand-même de donner quelques rudiments. Enfin, nous avons malheureusement des classes où il n'y a pas d’enseignants capables d’enseigner le néerlandais."

Et la pénurie  s'expliquerait facilement, selon Michel De Herde.  Le néerlandais est une simple option dans les Hautes Écoles qui forment les futurs instituteurs primaires à Bruxelles. A cela s'ajoute qu'à Bruxelles, de très nombreux instituteurs viennent en réalité de Wallonie et n'ont parfois jamais eu cours de néerlandais.

A Molenbeek, un tiers de postes d'enseignants de néerlandais sont vacants

A l'école N° 9 de Molenbeek, Mevrouw Betty met toute son énergie pour enseigner les bases du néerlandais à ses élèves de sixième primaire. Les enfants sont appliqués et apprécient manifestement de reproduire oralement les petits dialogues qu'ils viennent de mémoriser. "Ces élèves ont de la chance", reconnait la directrice, "car parfois l'apprentissage est essentiellement écrit et c'est loin d'être la meilleure façon d'apprendre une langue étrangère".

A la maison communale, Françoise Schepmans, bourgmestre en charge de l'enseignement, a fait ses comptes. "Nous avons actuellement 11,5 postes ETP (Equivalent temps plein), alors que pour assurer des cours à tous les enfants, nous aurions besoin de 18 ETP."

Un apprentissage loin d'être performant

Son collègue de Schaerbeek va plus loin encore. Cette pénurie d'enseignants et la qualité très relative des cours dispensés ne donnent pas le goût du néerlandais aux élèves, pire, cela les en dégoute. Résultat, "ils débarquent en secondaire avec une appréhension négative que les enseignants ont alors parfois beaucoup de difficultés à inverser. C'est dommage!", conclut Michel De Herde.  

Un constat quelque peu inquiétant à l'heure où se dessinent les contours du futur Pacte d'excellence. D'autant que celui-ci entend renforcer l'apprentissage précoce des langues étrangères. La ministre, bien consciente des difficultés de recrutement, réfléchit d'ailleurs aux manières d'y remédier.

En attendant, à Bruxelles-ville, la Haute École Francisco Ferrer a inauguré, en septembre dernier une formation d'instituteurs bilingues en collaboration avec l'Erasmus Hogeschool. Pour la responsable de projet, Anne Posma, à défaut d'en faire de vrais bilingues, les cours proposés visent au moins à former des instituteurs qui ont de très bonnes connaissances en néerlandais. "Il y a une vingtaine d'inscrits cette année. Nous en espérons le double l'an prochain et cela tombe bien, les besoins sont énormes", se réjouit Anne Posma.

Une vingtaine d'enseignants plus ou moins bilingues dans 3 ans. C'est bien, mais cela ne suffira évidemment pas. Dès lors, certaines communes prennent les devants. Anderlecht, par exemple, promet à l'avenir une prime mensuelle de 160 euros bruts, si les instituteurs peuvent prouver leur connaissance du néerlandais.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK