Trois communes du Namurois veulent construire une piscine ensemble : Jean-Luc Crucke encourage l'initiative

Les communes d'Éghezée, de Fernelmont et de La Bruyère veulent s'associer pour étudier la faisabilité de construire une piscine commune. Un projet encouragé par le nouveau ministre wallon des Infrastructures sportives. Il va désormais pousser les projets supracommunaux. Ce sera une des grandes priorités de Jean-Luc Crucke lors de cette législature.
Les communes d'Éghezée, de Fernelmont et de La Bruyère veulent s'associer pour étudier la faisabilité de construire une piscine commune. Un projet encouragé par le nouveau ministre wallon des Infrastructures sportives. Il va désormais pousser les projets supracommunaux. Ce sera une des grandes priorités de Jean-Luc Crucke lors de cette législature. - © Pixabay.

Depuis la fermeture du bassin de natation de Gembloux et les travaux dans plusieurs piscines aux alentours, les élèves et toute la population de trois communes du Nord de la province de Namur se retrouvent sans possibilité de nager à proximité. "Une discrimination" pour la bourgmestre cdH de Fernelmont Christelle Plomteux.

Sous l’impulsion du libéral et Eghezéen Rudy Delhaise, les trois bourgmestres ont décidé de s’associer et de lancer une étude de faisabilité. Objectif : construire si nécessaire un bassin pour les 40.000 habitants des trois entités que sont Éghezée, Fernelmont et La Bruyère.

Une réunion avec le cabinet Crucke a eu lieu lundi

Le ministre wallon du Budget, des Finances et des Aéroports gèrent également les Infrastructures sportives. Alors lorsque les trois bourgmestres ont sollicité Jean-Luc Crucke, il s’est empressé de leur tendre les bras. Car une des priorités du libéral pour cette législature sera d’encourager la supracommunalité en matière de sport.

Les exemples en cours existent selon le cabinet : au niveau du plan piscine, un projet a été lancé en province de Luxembourg. Il concerne les communes de Ferrière, Ouffet, Comblain-au-pont, Hamoir, Anthisnes et l'école de Ferrière. Un autre dossier de bassin de natation commun associe dans la région de Charleroi, les entités de Farciennes et de Châtelet. Enfin, trois autres projets de Hall sportifs supracommunaux sont à l’agenda, deux sont en service et est en cours de réalisation. Bref, ce type d’initiative existe. Et mieux, ce genre de projets va être soutenu.

Le bilan de la rencontre entre le cabinet et les bourgmestres a été jugé positif. La première étape sera de réaliser une étude de faisabilité, pour s’assurer de la pertinence du projet. La construction d’une piscine supracommunale serait une première en province de Namur.

Un projet à long terme

Ce qui est certain, c’est que la piscine ne verra pas le jour dans les prochains mois. Il faut avancer pas par pas, nous confie-t-on. Entre enthousiasme et prudence, il y a aussi le coût. Il faudra débourser entre 6 et 7 millions d’euros pour construire un bassin de natation de taille moyenne.

"Il y a à peu près 40.000 personnes qui habitent ces trois communes rurales", explique Yves Depas le bourgmestre PS de La Bruyère. "La première réunion au cabinet de Jean-Luc Crucke était constructive. Nous restons à ce stade très prudent. Une piscine devient en tout cas urgente. Car certains élèves de nos communes ne vont plus à la piscine actuellement alors que pratiquer ce sport est inscrit dans l’obligation scolaire… Par exemple les élèves de La Bruyère allaient tous au bassin de Saint-Servais. Mais cela fait deux ans qu’ils n’y vont plus car la piscine est en travaux. Un accord pour continuer à se concerter avec le cabinet a été pris. Nous voudrions aussi travailler avec la Province qui pourrait nous aider financièrement, et le BEP qui pourrait nous aider de manière administrative."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK