Tribunal civil de Bruxelles: Geneviève Lhermitte attaque son psychiatre

Dans cette lettre, Geneviève Lhermitte fait clairement allusion à un suicide avec ses enfants. C'est donc en quelque sorte la chronique d'un drame annoncé. Rien que le contenu de la lettre valait une hospitalisation immédiate, c'est ce qu'avait conclu les experts psychiatres lors du procès de Geneniève Lhermitte.

L'avocat avait même réclamé une information judiciaire à charge du psychiatre pour non-assistance à personne en danger. Aucune faute pénale n'avait été retenue, au final, contre le médecin. C'est donc devant le tribunal civil de Bruxelles que le psychiatre doit s'expliquer.

Pour Geneviève Lhermitte, il ne fait aucun doute que si ce médecin avait agi conformément aux exigences de son métier, elle n'aurait pas tué ses enfants. Meurtres pour lesquelles elle a été condamnée à la prison à perpétuité.

Elle estime donc avoir subi un dommage et réclame, aujourd'hui, réparation à son ancien psychiatre pour faute professionnelle. Ce que conteste évidemment l'intéressé. Le docteur Veldekens a toujours expliqué son absence de réaction par un manque de temps. Lors de la réception de cette fameuse lettre, il était en consultation avec d'autres patients.

Au tribunal d'apprécier si cet élément suffit à expliquer qu'il n'ait adressé aucune réponse à sa patiente.


Colette Jaspers avec Patrick Michalle

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK