Trente mois avec sursis partiel pour avoir harcelé de nombreuses jeunes filles à Nivelles

Le palais de justice de Nivelles.
Le palais de justice de Nivelles. - © Belga

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné mardi Yves M, un Nivellois né en 1988, à trente mois d'emprisonnement avec un sursis probatoire pour la moitié de cette peine. L'homme était poursuivi pour avoir harcelé de nombreuses jeunes filles aux environs de la gare de Nivelles ainsi qu'à Bruxelles, de 2016 à 2020. Les conditions du sursis probatoires sur lesquelles il a marqué son accord à l'audience, bien qu'il niait les faits, l'obligent à résider dans une association bruxelloise, à ne plus fréquenter la ville de Nivelles et à ne plus nouer le moindre contact avec les victimes.

En août 2020, excédée par le comportement répété du prévenu à son égard lorsqu'elle croisait le prévenu dans les rues ou à la gare de Nivelles, une jeune fille a posté un message sur Facebook pour dévoiler les faits. En peu de temps, une quarantaine d'autres jeunes filles de Nivelles ont commenté et partagé la publication, affirmant qu'elles aussi étaient victimes de ce même homme. Dans la rue, il suivait les filles, les attrapait par le bras ou les épaules, criaient leur prénom, les traquait aussi sur les réseaux sociaux pour s'approprier leurs photos et les publier sur sa page...

Les autorités communales et la police locale ont pris conscience du problème en voyant les messages publiés par les victimes et ont pris contact avec les jeunes filles. Une vingtaine ont accepté de témoigner. Il est apparu que le suspect avait aussi embrassé de force une fille de 12 ans dans le souterrain de la gare de Nivelles, qu'il lui arrivait d'en suivre jusque chez elles et d'aller sonner pour les relancer. Certaines victimes ont expliqué qu'elles avaient peur de lui au point d'éviter de prendre le train à la gare de Nivelles pour aller à l'école ou à l'université.

Le prévenu, lui, prétendait être la victime des filles qui le provoquent, et d'un complot du milieu africain de Nivelles avec qui il se serait brouillé pour d'obscures raisons. Le jugement rendu mardi écarte ces explications et reconnait l'intéressé coupable de pratiquement toutes les préventions mises à sa charge.

Harcèlement: sujet du JT 29/05/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK