Trappistes de Rochefort: mobilisation pour la qualité de l'eau

Les Rochefortois se mobilisent pour sauver la qualité de la Tridaine
3 images
Les Rochefortois se mobilisent pour sauver la qualité de la Tridaine - © RTBF - Hugues Van Peel

L’enquête publique s’achève aujourd’hui à Rochefort, concernant le projet d’approfondissement de la carrière de calcaire exploitée dans la commune par le groupe Lhoist. Ce projet vise à prolonger l'activité sur le site jusqu'en 2045. Il n'est question, pour l'instant, de vérifier l'impact que pourrait avoir cet approfondissement sur les nappes phréatiques, mais l'affaire a tout de même suscité une levée de boucliers, après le cri d’alarme lancé par les moines qui produisent la célèbre bière de Rochefort, le sujet préoccupe les Rochefortois.

A Rochefort, on ne parle que de ça. Les projets d’approfondissement de la carrière et l’impact qu’ils pourraient avoir sur la qualité de l’eau sont un vrai motif d’inquiétude. Alain Grosdent est restaurateur, son établissement, la Tridaine, porte le nom de la fameuse source :

"Je comprends qu’ils doivent travailler aussi mais je pense que la source passe avant tout. C’est quand même primordial d’avoir une bonne eau et pour les habitants et pour notre bonne trappiste de Rochefort".

La source de Tridaine est un patrimoine à préserver. C’est aussi ce que pense un client d’un magasin de fruits et légumes :

"La production de la trappiste de Rochefort est quand même basée sur cette eau et les nappes aquifères qui s’y rapportent, ce serait malheureux que cela puisse poser des problèmes à l’Abbaye alors que c’est quand même un produit régional important et l’image de toute la région".

Les moines peuvent manifestement compter sur le soutien des Rochefortois. ll faut dire qu’une grande partie de la ville est directement concernée : l’eau de la source de Tridaine est utilisée pour fabriquer la Trappiste mais elle arrive aussi dans les robinets de nombreuses habitations.

La commune de Rochefort a déjà reçu des dizaines de réactions à l'enquête publique qui s'achève ce lundi à 17 heures. Le collège rendra son avis en se basant, aussi, sur l'étude technique fournie par le groupe Lhoist. Et in fine, c'est le ministre de l'Environnement et de l'Aménagement du Territoire qui devra trancher. Philippe Henry a déjà déclaré qu'il sera très attentif à la défense du patrimoine

Hugues Van Peel

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK