Transinne: découverte des bons petits plats à déguster dans l'espace

Lorsque les hommes ont décidé d’explorer l’espace, ils allaient devoir s’adapter à un environnement totalement inconnu et particulier, celui de l’impesanteur.

Rapidement, les vols spatiaux vont passer de quelques minutes à plusieurs heures, puis à plusieurs jours. On sait que manger est très important pour la santé ; que ce soit la santé physique, ou psychologique. Si les premiers repas dans l’espace n’avaient rien d’appétissant, les astronautes peuvent aujourd'hui presque faire un festin, précise Pierre-Emmanuel Paulis, animateur pédagogique :

"On retrace l'évolution de la nourriture que les astronautes consomment à bord, à partir du premier être vivant qui est parti dans l'espace, donc Leika, et ensuite Gagarine, qui a bel et bien mangé dans l'espace, contrairement à ce qui est écrit dans beaucoup de livres. On l'a retrouvé dans ses carnets.

Et puis on va jusqu'aux voyages vers Mars, parce que trois ans de voyage, nécessitent de préparer des choses bien plus importantes."

La qualité de la nourriture évolue avec la longueur de plus en plus importante des vols spatiaux, et à un certain moment on peut vraiment parler de saveurs spatiales :

"L'astronaute français Jean-François Clervoix a organisé un repas international. On lui a concocté un menu spécial et ils ont fait un repas à bord de la station Mir, qui a eu beaucoup de succès."

L'expo est une ronde des saveurs spatiales chronologique, et truffée d'anecdotes :

"Par exemple on découvre des astronautes qui avaient emmené du corned beef en cachette. Résultat une grosse réprimande au retour et des miettes partout dans le vaisseau spatial.

Patrick Baudry lui, avait emmené une petite bouteille de Bordeaux. Il a été très mal vu également. Il y a des tas d'anecdotes intéressantes."

L'exposition est visible jusqu'à la fin de l'année à l'Euro Space Center.

Philippe Herman, Christine Pinchart

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK