Tram, urbanisme, mobilité… le MR liégeois fait le point et avance ses idées

La cheffe de groupe MR au conseil communal de Liège, Christine Defraigne.
La cheffe de groupe MR au conseil communal de Liège, Christine Defraigne. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

A Liège, en matière d'urbanisme, de mobilité et d'aménagement du territoire, derrière des promesses et de beaux discours, la réalité est en demi-teinte. C'est ce qu'affirme le groupe MR au conseil communal, un des groupes de l'opposition.

Le MR pointe les nombreux projets en cours à Liège. Trop nombreux, à ses yeux. Pour les réformateurs, la majorité doit établir des priorités, en fonction des besoins, et faire avancer les projets avec une véritable vision.

"Certes, il y a des réalisations mais on pense qu’il y a encore trop de dossiers qui n’ont pas bougé, comme Tivoli ou Bavière, déclare Christine Defraigne (cheffe de groupe MR au conseil communal de Liège). Nous pensons aussi qu’il y a un manque de cohérence par rapport à une certaine approche urbanistique. Je pense ici à la question des tours. La tour des Finances : je persiste à penser qu’elle ne s’intègre pas dans le paysage urbanistique. Et on voit qu’elle fait des émules."

"Je ne suis pas contre les tours, poursuit la réformatrice, mais elles doivent s’inscrire dans la cohérence d’un projet. Il faut qu’on réfléchisse en termes d’approche d’un quartier. Les riverains doivent être consultés, mais pas seulement ! C’est l’ensemble de la ville qui est concernée. Il y a des quartiers en déshérence. Il y a des politiques urbanistiques et de mobilité qui sont insuffisantes."

Dans ce domaine, le MR avance notamment des propositions en matière de stationnement. Un défi non-relevé, selon lui.

Parmi ces propositions: une révision tarifaire, à la baisse, pour les parkings en ouvrage, un système de signalisation de ceux-ci ou plus de zones de stationnement pour les riverains.

Le MR s'interroge aussi sur le futur du dossier du tram. Logique. C'est le grand projet mobilité de ces dernières années. Et il est à l'arrêt depuis qu'Eurostat a refusé le partenariat public-privé qui devait permettre de le financer.

Pour le groupe MR, il ne faut en tous cas pas tenter de sortir de l'ornière en présentant un projet au rabais. "Je dis de suite que le tracé du tram tel qu’il est là pour le moment n’était pas nécessairement notre premier choix. On préférait un transport structurant d’agglomération… Mais quand le vin est tiré, il faut le boire, estime Christine Defraigne. Venir maintenant avec une vision un peu détricotée, au rabais, ne nous rendra pas service. On dira encore que les Liégeois ne savent pas ce qu’ils veulent, qu’ils sont divisés… Il ne faut certainement pas un nouveau syndrome de la Place Saint-Lambert !"

Le groupe MR au conseil communal de Liège souhaite aussi des initiatives communales en matière de politique immobilière de bureaux et de logements.

Martial Giot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK