Tram à Liège: "Il faut anticiper certaines problématiques" selon Urbagora

Le 29 mai, une réunion d'information pour la population liégeoise lancera l'enquête publique sur l'étude d'incidence du tram.
Le 29 mai, une réunion d'information pour la population liégeoise lancera l'enquête publique sur l'étude d'incidence du tram. - © TEC

Le 29 mai prochain, la population liégeoise sera invitée à une grande réunion d'information qui lancera l'enquête publique sur l'étude d'incidence du tram. L'occasion pour Urbagora, l’ASBL liégeoise soucieuse de la mobilité et de l'aménagement urbain, de remettre sur la table plusieurs revendications. Parmi elles, l’ASBL pointe l'urgence d'une vraie réflexion concernant l'impact du tram sur la circulation automobile.

"Je crois que peu de personnes se rendent compte que le passage d'un tram au centre ville va profondément modifier la façon dont on va circuler en ville" explique le Président de la commission mobilité au sein d'Urbagora. "Si on prend un exemple concret, pour tous les habitants du dessus de la ville, d'Ans, de Rocourt, de la Citadelle, de Sainte-Marguerite, la seule accessibilité devra se faire par le quartier des Bayards ou par la rue Wazon et tout le trafic devrait donc se reporter sur ces deux rues. Et si on ne veut pas que les Liégeois se mettent le tram à dos, il faut anticiper certaines problématiques et notamment la question de la circulation automobile".

Parmi les autres revendications d'Urbagora, établir un point de jonction entre le tram et le train au nord du centre ville et prévoir des arrêts supplémentaires: "Actuellement, en faisant une moyenne sur toute la longueur du tracé, on a une distance entre deux arrêts de tram qui est de 700 mètres, voire un petit peu plus. Or, les exemples internationaux nous montrent qu'il est raisonnable de concevoir une distance entre deux arrêts aux alentours de 500 à 550 mètres".

Le cabinet Henry rappelle qu'une fois l'enquête publique lancée, il ne lui est plus permis de s'exprimer sur ce dossier. Aux citoyens maintenant de poser les bonnes questions, de faire entendre leurs points de vue et revendications.

 

B. Alié

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir