Tram 62: le litige entre Schaerbeek et la STIB toujours pas tranché

Schaerbeek ne veut plus des nuisances de la ligne 62 pour les riverains. Cela fait trop longtemps que ça dure estime Cécile Jodoigne, la bourgmestre faisant fonction de Schaerbeek :

"La commune ne souhaite pas la suppression d’une ligne de tram ou de transport public en général, que du contraire. Mais ici, c’est un problème qui dure depuis plus de deux ans, il faut pouvoir trouver des solutions. Ces solutions peuvent passer, soit par l’interdiction des trams 2000 d’utiliser cette voie-là, soit par une modification éventuelle du tracé".

Mais pour la STIB, cela ne fera que déplacer le problème ailleurs et puis, remplacer un tram par un autre d'un autre modèle, ce n'est pas si évident. Cela implique toute une réorganisation du réseau, ce qui aurait un coût très important, explique Françoise Ledune, porte-parole de la STIB :

"Nous voulons nous conformer aux arrêtés de police, d’essayer de "remodeler" le réseau, de manière à pouvoir respecter l’arrêté de police, au moins jusqu’au jugement. Il faut savoir que cela engendrera un coût très très important qui, le cas échéant, pourrait se reporter sur la commune, si l’arrêté du bourgmestre s’avérait non légitime".

Les plaidoiries sont fixées au 24 septembre prochain. Le jugement devrait être connu rapidement après cette date.

A noter que la commune de Schaerbeek avait laissé à la STIB jusqu'au 4 septembre avant d'appliquer son arrêté d'interdiction. Elle pourrait prolonger ce délai jusqu'à ce que la justice tranche le litige. La décision devrait être prise dès le retour de vacances du bourgmestre, dans les prochains jours.

 

Pierre Vandenbulcke

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK