Train World: plus qu'un musée, une expérience qui retrace l'épopée du rail belge

Train World, le tout nouveau musée des chemins de fer de la SNCB, ouvrira ses portes au public vendredi. Situé juste à côté de la gare de Schaerbeek à Bruxelles, c'est une vitrine spectaculaire sur l’histoire du rail. Les plus belles pièces du matériel ferroviaire belge sont désormais rassemblées ici. La presse a déjà pu visiter les lieux.

La visite débute dans une salle plongée dans une certaine pénombre. Cinq locomotives à vapeur trônent ici fièrement. "On est dans la salle de l’Ancien testament si vous voulez. Au commencement était la vapeur", nous explique Stéphane Disière, le responsable patrimoine à la SNCB. "Et ici précisément nous sommes en face de la locomotive 'Pays de Waes' qui date de 1844. Le train roule en Belgique depuis 1835 donc c’est la plus ancienne locomotive conservée de Belgique et l’une des plus anciennes du continent européen".

Un peu plus loin autre curiosité. "Ici on monte dans une des premières voitures en métal de la SNCB qui date de 1936. Il faut savoir que c’est une ancienne voiture Croix-Rouge. A l’origine, il y avait des civières partout dans le wagon. Celui-ci et d’autres ont servi à ramener les survivants des camps de concentration après la guerre".

Une expérience totale

Ce sont là deux des 22 machines exposées ici dans un univers fait de sons, de lumières et d'images. Une expérience totale qu'a voulu François Schuiten, le scénographe de Train World : "Le fil conducteur, c’était vraiment plonger le spectateur dans une sorte de féérie pour qu’il se remette à rêver, à retrouver l’imaginaire du chemin de fer".

Imaginaire qui s'égrène aussi à travers une soixantaine de projections subtilement disséminées au sein du parcours. "En fait, c’est un spectacle. Et ces halles sont comme des actes en fait. C’est pour ça qu’à un moment donné, j’ai dit que ce serait un opéra ferroviaire pour casser un certain nombre de réflexes. L’idée n’était pas juste de mettre des machines les unes à côté des autres. Quand la SNCB est venue me chercher, elle m’a tout de suite expliqué qu’elle voulait quelque chose de hors norme".

Un spectacle hors norme avec toutefois beaucoup de sobriété, aucun artifice. Les 1300 objets qui racontent la petite ou la grande histoire ferroviaire sont authentiques. Il aura en tout fallu dix années pour que ce Train World voit le jour. Un projet ambitieux qui a coûté 25 millions d'euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK