Tracteurs interdits sur la N25: des actions sont à prévoir après les moissons

Les agriculteurs de l'ouest et du centre du Brabant wallon n'acceptent pas l'annonce faite jeudi par le ministre wallon de la Sécurité routière, Carlo Di Antonio, qui a confirmé vouloir interdire la circulation du charroi agricole sur la N25 à partir du 1er janvier 2020. Si à la Fédération wallonne de l'agriculture (FWA), on attend de disposer d'un texte pour réagir officiellement, cela grogne sérieusement sur le terrain. Le président par interim de la FWA Brabant wallon, Marc Decoster, indique qu'il y aura sans doute des actions de protestation après les moissons.

"Lorsque la RN25 a été réalisée, les agriculteurs ont accepté de céder leurs terres et que la nationale passe au milieu des champs à condition de pouvoir utiliser cette route: il y avait un accord, qui n'est pas respecté. Il n'y pas d'alternative actuellement! Des aménagements sur des routes secondaires sont évoqués mais il n'y a rien de fait... Le ministre laisse les tracteurs circuler jusqu'au 1er janvier pour les betteraves, oui. Mais l'année prochaine, comment va-t-on faire? J'ai pris la température ce matin: quand les moissons seront terminées, il y aura sans doute des actions de blocage", indique Marc Decoster.

Président de la section Nivelles-Genappe de la FWA, Pierre Vromman confirme cette intention de protester contre la décision du ministre Di Antonio. "C'est une décision qu'on n'accepte pas: nous avons déjà démontré dans le passé, en invitant des représentants du monde politique, que les alternatives n'existent pas. Depuis, rien n'a changé. On espère que dans le prochain gouvernement wallon, il y aura des gens plus ouverts, qui viendront se rendre compte des réalités de terrain", indique Pierre Vromman.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK